Un Parti Révolutionnaire en Septembre…?

.

Un article

initialement

publié sur

Front des Laïcs

https://frontdeslaics.wordpress.com/2016/07/11/un-parti-revolutionnaire-en-septembre/

.

.

.

Un Parti

.

.

Révolutionnaire

.

.

en

.

.

Septembre…?

 

Lettre ouverte à l’URCF  « nouvelle »… 

 

 

A propos de la nouvelle scission de l’URCF

d’avec le groupe « Communistes »-PRC

.

Malgré une apparente radicalité de la part de deux grandes centrales syndicales, CGT et FO, malgré un fort soutien populaire, l’issue politique de la lutte contre la loi El Khomri est des plus incertaines…

En effet, si elle a contribué à balayer définitivement les illusions sur un éventuel reste de « progressisme » du PS, elle contribue en fin de compte à garantir sa défaite en 2017, mais elle n’offre actuellement encore aucune réelle alternative politique crédible au système capitaliste, et n’ouvre la voie, à gauche, qu’à une nouvelle mouture d’opportunistes « de gauche » prêts à raviver de nouvelles illusions, mais en outre, incapables de s’emparer du pouvoir à cette courte échéance…

Concrètement, garantir la défaite du PS en 2017, c’est assurer le retour de la droite, et en fait, repousser le problème, sans solution visible.

Plutôt que de construire une contre-offensive prolétarienne massive, les dirigeants syndicaux se sont contentés de surfer sur la vague anarcho-syndicaliste venue de leur base, en espérant manoeuvrer en coulisse, lors d’une éventuelle reprise de négociations, pour sauvegarder les fondements juridiques et administratifs de leurs bureaucraties, menacés par cette réforme de style quasi-féodal.

Dans la foulée, ils assurent un peu d’air politique frais aux restes de la « gauche de la gauche », sans que cela ne porte réellement à conséquence sur le rapport de force, sauf pour négocier, toujours indirectement, vu le risque majeur d’élimination au 1er tour pour le PS en 2017…

Mais ce n’est pas ce type de marchandage, prise d’otage poitique obscène, qui offrira le moindre espoir concret aux travailleurs en lutte.

Que la loi travail soit abrogée, à court ou moyen terme, ne sera de toutes façon qu’un faible répit dans les reculs sociaux incessants et dans l’aggravation des conséquences de la crise.

C’est une victoire éventuellement nécessaire, mais davantage comme ciment de l’unité populaire et prolétarienne, que comme amorce d’un réel changement de politique sociale.

Cette lutte est l’amorce d’une résistance sociale, qui, elle, n’aura de sens que dans la construction d’une alternative politique, dans l’ouverture d’une perspective réellement socialiste, c’est à dire, révolutionnaire, anticapitaliste.

Dans ces premiers mois de lutte écoulés, les anarcho-syndicalistes de tous poils, qui en ont occupé le devant de la scène, de façon souvent littérale, y compris au sens de la société spectaculaire-médiatique, ont fait la preuve de leur incapacité à construire une telle alternative. Ils n’auront été que l’infanterie et l’artillerie légères des lourdes bureaucraties en voies de délitement. Les éclaireurs involontaires du char rouillé de la « gauche de la gauche »…

De la construction d’une véritable alternative, la première pierre n’a pas encore été posée…

Dans ce contexte de forte résistance des luttes sociales contre la Loi El Khomri, mais très largement dominées par le réformisme, par l’anarcho-syndicalisme, et par l’ « anti-libéralisme » petit-bourgeois, accessoirement noyauté par le social-chauvinisme « souverainiste », le très faible espoir constitué en 2015 par l’unification apparente de deux groupuscules se réclamant formellement du communisme, et même du marxisme-léninisme, a finalement volé en éclats.

Dans son communiqué de « rupture » l’URCF prétend découvrir que la ligne du nouveau parti PRC était « économiste » et « opportuniste » !

Et ce groupe se propose d’ores et déjà de créer, en Septembre, un « nouveau parti », qui serait enfin « de type léniniste » et fondé sur le « centralisme démocratique »

Bien évidemment, on aimerait pouvoir y croire…

Mais chat échaudé craint l’eau froide…

En effet, en même temps ce groupe se plaint d’avoir été « considéré comme purement et simplement absorbé » par le groupe « Communistes », et que la ligne appliquée était entièrement celle du journal éponyme…

Et cela seulement quelques mois après s’être unifiés sur la base d’un « large accord sur toutes les grandes questions », accepté « avec enthousiasme » !

De qui se moque-t-on ?

Qui se ressemble s’assemble, et nous avions déjà signalé, au moment de ce rapprochement, que la base commune du nouveau parti ne pouvait être que le réformisme et l’opportunisme néo-thorézien, qui transpiraient fortement dans leurs programmes et proclamations respectives, derrière quelques rappels formels des grands principes, et quelques éléments d’analyses approximatifs et nécessairement incomplets quant au fond.

Aujourd’hui l’URCF se revendique du « centralisme démocratique »…

Pourtant elle nous explique dans son communiqué ( http://www.urcf.fr/IMG/pdf/Declaration_Rupture_PR-C_21mai2016.pdf ) que le résultat catastrophique de cette brève « unification » était le fruit d’ « un débat difficile et approfondi »… au terme duquel elle obtenait pour son leader un poste de secrétaire adjoint, sur trois postes au secrétariat, sur la base d’une estimation approximative et non vérifiée de l’importance relative des deux groupes, acceptant ainsi d’être en minorité en échange d’une acceptation pure et simple, mais en fait formelle, et pour cause, de ses propres « thèses » comme base idéologique du nouveau parti !

En quoi ce type de marchandage peut-il être considéré comme une pratique du « centralisme démocratique… ?

Aujourd’hui l’URCF s’est apparemment reconstituée telle quelle, sur la base de ces « thèses » et des pratiques qui ont mené à un tel échec. Formellement, elle se présente comme « collectif Intervention communiste », d’après le titre de son journal, qui, en fait, n’avait pas cessé de paraitre…

En quoi le parti qu’elle se propose de créer en Septembre serait-t-il donc différent du PRC ou des autres groupes néo-thoréziens et sociaux-chauvins ?

Alors que toutes les formules de ces opportunistes se retrouvaient déjà dans le prétendu « programme révolutionnaire » de l’URCF, ( http://www.urcf.fr/spip.php?artile267/ ) même si à peine dissimulées derrière un « vocabulaire marxiste » que le groupe « Communiste » va jusqu’à lui reprocher, au lieu de « langue française » !

Si l’URCF veut désormais se rendre crédible comme pôle d’unification, et non pas simplement renouveler pour son compte de groupuscule reconstitué les pratiques qui sont celles du PRC, et qui étaient donc vraisemblablement les siennes avant, également, elle ne pourra pas faire l’économie d’un nouveau et véritable débat sur les bases mêmes de l’analyse marxiste-léniniste de la situation actuelle et de l’action à entreprendre pour la construction d’un parti révolutionnaire authentiquement prolétarien et véritablement engagé dans la lutte de classe.

Concrètement, et au-delà de cette analyse nécessaire, que l’on se comprenne bien :

Ce n’est pas à priori la façon de formuler telle ou telle revendication qui la rend nécessairement soit révolutionnaire, soit « économiste » ou « réformiste », mais l’action politique que l’on déploie autour.

Même l’abrogation ou le retrait de la loi El Khomri reste réformiste si l’on se contente de fustiger autour le « néo-libéralisme », la « dictature de l’UE » ou tout autre genre de billevesée opportuniste qui ne met pas suffisamment en lumière le pouvoir du capital qui en est le véritable instigateur, et si l’on ne tente pas au passage d’ouvrir clairement une voie politique de résistance prolétarienne, de construction d’une alternative politique véritablement socialiste.

Alors que la question déjà posée par le mouvement de masse était clairement, dès le début :

« Loi El Khomri, précarité à vie, cette société là, on n’en veut pas ! »

Dans le tract URCF pour le 14 Juin, il y avait fort heureusement une conclusion, même si très brève, à ce sujet, mais l’essentiel du développement politique, en première page, était bel et bien encore consacré à la « machine de l’Union Européenne » et à un vibrant appel à soutenir la ligne du PC Britannique pour le « Brexit » ! ( http://www.urcf.fr/IMG/pdf/Tract_14juin.pdf  ) (*)

De sorte que s’il se distingue du discours ultra social-chauvin tenu ce même 14 Juin par leur « maître » à tous, en la matière, le PRCF, (concurrent du PRC…), ce n’est que par le dosage de ce « pâté d’alouette », suivant néanmoins, dans tous les cas, la recette traditionnelle :

1 alouette de « socialisme » pour 1 bœuf de social-chauvinisme !

Dans la formule URCF l’alouette « socialiste » est à peine plus visible, et il faut déjà avoir avalé cette forte tranche de « Brexit » avant de tomber dessus !

En l’état actuel, l’ « anticapitalisme » de l’URCF « nouvelle » reste donc pour le moins confus et guère plus affirmé que celui de ses « concurrents », PRC, PRCF, RCC et autres FVR-PCF.

Une autre observation essentielle est faite par le camarade parisien du blog Reconstruction Communiste, ( http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/l-ex-urcf-se-separe-du-pr-c-et-envisage-la-fondation-d-un-parti-commun-a126099956 ) et ancien militant de l’URCF, à propos de la façon de considérer l’histoire de l’URSS. En effet, cette question est importante pour définir ce que l’on entend par socialisme.

Le programme « unifié » du PRC ( http://www.urcf.fr/IMG/pdf/PROGRAM_18juin2015.pdf   ) ne faisait pas de différence entre les époques de cette histoire, alors que le camarade parisien nous invite à lire ou à relire la déclaration du Camarade Enver Hoxha, en 1960, en réponse au revirement politique réactionnaire effectué par le révisionniste Khrouchtchev.

( http://www.communisme-bolchevisme.net/download/Enver_Hoxha_Oeuvres_choisies_Tome_III.pdf ( page 50)

En fait, si toutes les questions importantes y sont abordées, il est néanmoins frappant que dans le contexte de l’époque ce sont les questions d’indépendance nationale et de relations internationales dans le camp socialiste et anti-impérialiste qui occupent l’essentiel des préoccupations.

L’arrière plan, c’est clairement le début du conflit sino-soviétique. Ce qu’il est important de comprendre, c’est donc la nature de classe de cet affrontement, au-delà de l’argumentation de propagande et de la rhétorique «socialiste » des uns et des autres. Avec le recul du temps, avec les éléments historiques désormais disponibles, il est aujourd’hui possible de comprendre qu’il s’agissait de l’affrontement de deux formes de bourgeoisies bureaucratiques nationales-populistes, ayant chacune sa propre histoire, comme parasites du mouvement communiste international.

Du fait de l’isolement géopolitique de l’Albanie, menacée dans son existence comme nation indépendante à la fois par Tito et par Khrouchtchev, désormais alliés sur cette question, il est naturel qu’Enver Hoxha et le Parti du Travail d’Albanie aient été solidaires du PC Chinois, qui était encore, à cette époque, sur des positions anti-impérialistes et favorables à l’indépendance des nations et des peuples.

Par la suite, avec l’attitude inamicale de la Chine à l’égard de l’Albanie, Enver Hoxha a rapidement pris conscience que la rhétorique « marxiste » de Mao était loin de correspondre à la réalité de son action.

Mais en 1960, non seulement la situation en Chine manquait de visibilité, mais l’URSS elle-même n’est pas encore clairement caractérisée par Enver Hoxha quant à sa nature de classe.

Dans les deux cas, à quelques années d’intervalle, il a tenté de maintenir aussi longtemps que possible l’espoir que ces grands partis puissent revenir dans la ligne de l’internationalisme prolétarien. Mais finalement, il s’est trouvé en conflit avec l’un comme avec l’autre.

La petite bourgeoisie nationale-populiste khrouchtchévienne s’est formée par la dégénérescence bureaucratique et la « décentralisation » de l’état socialiste, à partir du 20ème congrès du PCUS, en 1956, et elle en a fait une nouvelle forme de « capitalisme d’état » de type régressif, (et non pas « monopoliste »…!), même en termes de développement des forces productives, et donc à l’opposé de la conception léniniste, telle que définie en 1918 et par la suite pour la NEP.

Le PCC maoïste, pour sa part, fusionnant définitivement, à partir de 1949, dans sa politique de « Démocratie Nouvelle », avec les restes de la bourgeoisie nationale et les intégrant dans son nouvel état, crée une autre forme de capitalisme bureaucratique d’état, également inopérante, tant en termes de développement économique, qu’en tant que voie politique supposée mener au « socialisme », et où le prolétariat n’apparaitra véritablement, en tant que force politique, que lors de la tragique Commune de Shanghai, de fin 1966 à début 1968, avant d’être écrasée dans le sang par le pouvoir maoïste lui-même, en pleine « révolution culturelle » !

Même s’il n’est pas possible, dans un article aussi bref, de reprendre l’analyse complète de ces phénomènes, il est néanmoins important de comprendre qu’un groupe qui se pose en fondateur d’un nouveau parti ML doit être capable de présenter de manière distincte l’histoire de la formation de ces deux formes de capitalisme bureaucratique d’état et leur intégration ultérieure, de façons également très différentes, dans les flux du capitalisme financier. Car ces deux histoires, avec précisément leurs différences, encore actuelles,(**) expliquent en grande partie la situation actuelle de l’impérialisme et de sa crise.

Et notamment la formation d’un nouveau pôle majeur d’accumulation du capital financier en Chine, le deuxième en importance à l’échelle planétaire, après les USA, mais loin devant les autres… C’est-à-dire, de fait, la formation d’une nouvelle super-puissance impérialiste intervenant en acteur majeur du repartage des zones d’influences dans le monde.

Cette « bipolarisation » du capital financier conditionne la hiérarchisation, les alliances et les rapports de force entre les puissances impérialistes secondaires (dont la France), et les autres bourgeoisies, « nationales » et monopolistes, des puissances émergentes. Il est important de le comprendre, si l’on ne veut pas sombrer dans des absurdités du style « pays impériadores » telle que récemment inventée par le journal « l’éclaireur » ( https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/05/14/anti-imperialisme-ou-confusionnisme-social-chauvin/    )

 Là encore, il s’agit ici simplement d’évoquer en peu de mots quelques fondamentaux incontournables, et non pas d’y cantonner le débat. Il ne s’agit pas non plus de reprendre forcément à l’identique les analyses d’Enver Hoxha, quels qu’en soient les mérites, mais seulement de proposer d’utiliser l’outil ML pour décrypter les éléments d’analyses dont nous disposons aujourd’hui, tant dans le domaine économique que dans le domaine historique, et cela sans tenir compte des préjugés idéologiques sectaires accumulés depuis des décennies, et qui ont rendus le mouvement ML stérile jusqu’ici.

Pierre Grindsable

*********************

(* Le « brexit », s’il constitue bien un accroissement des contradictions internes du capitalisme financier, voire une étape dans le développement de sa crise, n’en est pas pour autant la victoire d’une lutte populaire, comme semblent le décrire la plupart des sociaux-chauvins, suivis en cela par l’URCF. Il est néanmoins important de comprendre que s’il est bien une expression de révolte contre la dégradation sociale, il prend la forme d’un vote de protestation populiste assez comparable au vote FN en France et n’ouvre donc pas, par lui-même, de perspective politique révolutionnaire, ni même « progressiste ». La remontée des cours de bourse, après une brève phase de spéculation « baissière », atteste de la réaction rapide du système à « régler le problème ».)

(**La différence essentielle encore influente est que la nouvelle bourgeoisie russe, en développement constant depuis le 20ème congrès du PCUS, en 1956, n’a débuté réellement son intégration aux flux du capitalisme financier international qu’avec l’effondrement de l’URSS et, par voie de conséquence, le développement du capitalisme monopoliste financier y a pris plusieurs décennies de retard sur celui de la Chine, inauguré dès 1972, sous l’égide de Mao Zedong, en pleine période de supposée « révolution culturelle » : https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/ … C’est aussi pourquoi le terme de « social-impérialisme » n’est historiquement pas adapté à caractériser l’URSS, alors qu’il l’est parfaitement, désormais, pour la Chine. Actuellement, la Russie est en voie de cartellisation dans les BRICS, c’est-à-dire d’inféodation à l’impérialisme chinois ; elle ne constitue pas encore, par elle-même, un pôle impérialiste significatif. De plus, une fraction encore importante de bourgeoisie « nationale » continue d’y jouer un rôle politique et économique.)

 

(Articles connexes :

En relisant Lénine…  …qui parlait déjà de Chine!

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/03/08/

en_relisant_lenine_qui_parlait_deja_de_chine/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/

de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/

.

.

La Chine, le yuan et le dollar,

Nouvelle contribution au débat sur la nature sociale et économique de l’état chinois actuel

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/07/29/1385_chine_yuan_dollar_/

.

.

Chine, capitalisme ou socialisme ?

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/01/16/chine-capitalisme-ou-socialisme/

.

.

Lettre ouverte au ROCML

à propos des sept questions sans réponses

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/11/20/

lettre-ouverte-au-rocml-a-propos-des-sept-questions-sans-reponses/

.

.

En réponse à un adepte de Deng Xiaoping ( …et successeurs)

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/10/21/

en-reponse-a-un-adepte-de-deng-xiaoping-et-successeurs/

.

.

interrogation

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

FM_TML_2

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :