Agression US en Corée : le point de la situation actuelle

par tribunemlreypa

.

.

.

 

 

 



DIPLOMATIE Ces derniers jours, les dirigeants américains et nord-coréens sont allés très loin dans les menaces. Pour Juliette Morillot, historienne spécialiste de la Corée, ce n’est pas encore fini et les Etats-Unis ont beaucoup à perdre sur ce dossier…

Tension avec la Corée du Nord: «On n’attaque pas Pyongyang comme on attaque la Syrie»

 



 20minutes.fr   Fabrice Pouliquen

Publié le 17.04.2017 à 19:12

Mis à jour le 17.04.2017 à 19:12

« La Corée du Nord ferait mieux de ne pas tester notre détermination », déclare-t-on côté américain, quand le régime de Kim Jong-un, lui, assure qu’il répondra « à une guerre totale par une guerre totale »… Les tensions entre les deux pays ont rarement été aussi tendues depuis que Donald Trump dirige la Maisons Blanche et que Pyongyang s’est adonné à de nouveaux tirs de missiles.

Après des années de menaces, faut-il craindre cette fois-ci un véritable conflit entre les deux pays ? Juliette Morillot, historienne et experte de la péninsule coréenne, co-auteur de La Corée du Nord en 100 questions [éditions Tallendier], répond à nos questions.

 

>>> lire aussi : Porte-avions dans le Pacifique: Mais à quoi joue Donald Trump avec la Corée du Nord?

Où en est la Corée du Nord dans son programme nucléaire ?

Depuis 2006, la Corée du Nord a procédé à cinq essais nucléaires. Donc de facto, elle est devenue une puissance nucléaire. Elle prépare actuellement un sixième essai. Voilà pour le côté nucléaire. En parallèle, le pays a fait beaucoup de progrès sous Kim Jong-un sur la technologie balistique. Il possède des missiles à courte portée, moyenne portée, longue portée. Le pays en a fait l’étalage lors de la parade militaire géante de samedi, à l’occasion du 105e anniversaire du premier dirigeant nord-coréen. On ne sait pas très bien en revanche s’ils ont mis au point des missiles intercontinentaux capables de toucher la côte ouest des Etats-Unis. Pyongyang a ces missiles, mais le régime ne les maîtrise vraisemblablement pas tout à fait.

Ce n’est qu’une question de temps ?

La Corée du Nord y travaille en tout cas. Depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un [décembre 2011], le pays met l’accent sur deux choses : l’économie d’un côté – et elle s’est redressée depuis 2011-, et la puissance nucléaire et balistique de l’autre. Mais savoir si Kim Jong-un est capable de frapper la côte ouest américaine est presque secondaire. La Corée du Nord est d’ores et déjà une menace nucléaire pour les Etats-Unis. Elle est capable aujourd’hui d’atteindre plusieurs cibles américaines dans la région. Notamment les bases d’Okinawa, au Japon, et de Guam, dans le Pacifique. Il ne faut pas non plus oublier que 30.000 militaires américains sont basés en Corée du Sud. Un  soldat américain sur trois basés à l’étranger l’est dans cette partie du monde.

Peut-on s’attaquer à la Corée-du-Nord comme on s’attaque à l’Afghanistan ou à la Syrie comme le laissent à penser les déclarations ce lundi du vice-président américain Mike Pence ?

Non et je pense que les conseillers militaires de Donald Trump ont suffisamment d’expériences pour le savoir. Attaquer la Corée du Nord, c’est attaquer une puissance nucléaire qui a répété maintes fois qu’elle n’hésiterait pas à rétorquer. Pyongyang considère l’arme nucléaire comme sans assurance-vie. Sans elle, le régime serait rayé de la carte du monde depuis longtemps. Lancer les hostilités contre la Corée du Nord ne serait pas non plus sans conséquence pour des pays alliés des Etats-Unis. A une cinquantaine de la frontière entre les deux Corée, il y a ainsi Séoul [capitale de la Corée du Sud], 24 millions d’habitants. La Corée du Sud et le Japon incitent ainsi aujourd’hui fortement les Etats-Unis à ne pas intervenir.

La politique de la « patience stratégique » de Barack Obama a-t-elle mieux marché ?

Non, elle n’a pas porté ses fruits. C’était même une catastrophe. Elle consistait à dire à la Corée du Nord « d’abord vous dénucléarisez, ensuite nous discutons » et, à chaque essai nucléaire de la Corée, Barack Obama annonçait alors un renforcement des sanctions. Mais la Corée du Nord sait faire le dos rond et a l’habitude des sanctions. Le pays mise sur l’autarcie et sait jouer des failles dans les relations internationales pour survivre.

Que faudrait-il faire alors face à la Corée du Nord ?

Il faut déjà se demander ce que veut la Corée du Nord. Elle veut trois choses : un traité de paix sur la péninsule coréenne, sa reconnaissance diplomatique, et dialogue bilatéral direct avec Washington. Beaucoup ont aujourd’hui conscience qu’il faut renouer le dialogue avec Pyongyang. Les principaux candidats aux élections présidentielles sud-coréennes [le pays est actuellement sans président depuis la destitution de Park Geun-hye pour corruption] poussent dans ce sens. La Chine aussi de plus en plus.

>> Lire aussi: Les Etats-Unis prêts à une frappe préventive en Corée du Nord

Peut-on envisager la guerre entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ?

La Corée du Nord n’attaquera pas la première. Mais le plus imprévisible des deux dirigeants n’est pas Kim Jong-un aujourd’hui, mais bien Donald Trump. Encore une fois, je pense que le président américain est entouré de conseillers qui le dissuaderont d’attaquer. La période de tous les dangers sera toutefois le 25 avril. Ce jour marquera le 85e anniversaire de la fondation de l’armée de la Corée du Nord, qui donnera lieu à de nouvelles célébrations à Pyongyang. Il coïncidera aussi l’arrivée de l’armada américaine annoncée par Donald Trump* dans la région.

*A savoir le porte-avions Carl Vinson escorté par trois navires lance-missiles et des sous-marins…

 

http://www.20minutes.fr/monde/2051279-20170417-tension-coree-nord-attaque-pyongyang-comme-attaque-syrie

*****************

.

A propos de la situation en Corée,

divers articles et débats précédemment parus

.

.

sur le blog TML :

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/02/19/a-lassaut-du-ciel/

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/02/21/a-lassaut-du-ciel-suite/

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/02/27/en-reponse-a-un-ami-ecologiste-sur-le-nucleaire-militaire-coreen/

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/03/01/debat-sur-le-nucleaire-coreen-suite/

.

 *********************

 

Sur les prémisses de la situation actuelle, telle qu’elle se développe

depuis quelques années déjà, voir aussi :

.

Mais où nous emmènent-ils… ?

.

https://solydairinfo.wordpress.com/2016/08/04/mais-ou-nous-emmenent-ils/

.

******


.



Quels alliés pour Trump ?

 

.

.

     (ASIALYST)  Cette fois-ci, le président américain n’aura pas attendu le dessert. Depuis hier dimanche 9 avril dernier, le porte-avion USS Carl Vinson et sa suite incluant plusieurs croiseurs font route vers la péninsule coréenne afin, selon les mots de Donald Trump, « de disposer de toutes les options nécessaires pour éliminer la menace nucléaire nord-coréenne ». La Chine a dépêché un envoyé à Séoul ce lundi 10 avril. Trump veut avoir « toutes les options en main », a-t-il fait dire. Mais pour faire quoi au final ?

Menaces, sanctions, démonstration de force… la recette a maintes fois montrer ses limites face à la Corée du Nord. Pour Channel News Asia, l’envoi du porte-avion américain par Donald Trump va inévitablement « augmenter les tensions dans la région ». D’autant que le gouvernement de Pyongyang a de son côté décrit les frappes américaines en Syrie comme une « agression intolérable » justifiant « un million fois de plus » la mise en place d’une force de dissuasion nucléaire crédible par la Corée du Nord. Et le site singapourien de rappeler les mots du secrétaire d’Etat américain lors d’une interview dimanche dernier sur ABC, insistant sur le fait que les Etats-Unis n’avaient aucune intention d’essayer d’éliminer le régime de Kim Jung-un. Pour Rex Tillerson, c’est à la Chine d’en faire plus pour freiner le régime du royaume ermite. « Ils ont indiqué qu’ils le feraient et je pense que nous devons leur laisser le temps de prendre les actions nécessaires » a-t-il déclaré.

D’ailleurs, dans un second article, Channel News Asia indique la présence à Séoul ce lundi de Wu Dawei, représentant spécial pour la Chine des affaires coréennes, afin de s’entretenir avec son homologue sud-coréen. Pour le ministre sud-coréen des Affaires étrangères cité par le site singapourien, « les discussions devraient se concentrer sur la question nucléaire nord-coréenne ». La visite de Wu Dawei est d’importance car c’est la première depuis le déploiement du bouclier anti-missile THAAD en Corée du Sud, note le site d’information. Néanmoins, il ne faut pas voir dans cette réunion de Séoul comme un blanc seing donné à l’administration Trump car, selon une source proche du ministère japonais de la Défense qui refuse d’être citée, « si les Etats-Unis annoncent leur intention d’attaquer Pyongyang, il est probable que Séoul et Tokyo s’y opposent ».

La même opposition est à prévoir à Pékin qui « suit de près la situation », annonce le South China Morning Post. Car, selon l’un des experts interrogés par le quotidien hongkongais, « une guerre dans la péninsule coréenne causerait sans aucun doute d’énormes dommages à la Chine qui doit donc se préparer militairement à se protéger ». La situation est donc tellement explosive qu’un « simple accident ou une erreur de calcul » pourrait mettre le feu aux poudres, ajoute le professeur Zhang Tuo­sheng de la Fondation chinoise pour les études internationales et stratégiques (China Foundation for International and Strategic Studies).

Par Antoine Richard

 

https://asialyst.com/fr/2017/04/10/coree-du-nord-trump-envoie-flotte-de-guerre/

 

 

******************

PYONGYANG PRÉSENTE DES MISSILES À L'APPROCHE DU PORTE-AVIONS AMÉRICAIN

 

 

 

Corée : les armes de la Résistance anti-impérialiste

 

La Corée du Nord a déployé samedi ce qui semble être de nouveaux missiles de longue portée et des missiles mer-sol tirés à partir de sous-marins pour le 105e anniversaire de naissance de son fondateur, Kim Il-sung, au moment où un porte-avion américain à propulsion nucléaire fait route vers la péninsule coréenne. /Photo prise le 15 avril 2017/REUTERS/Damir Sagolj

par Sue-Lin Wong et Damir Sagolj

PYONGYANG/SEOUL (Reuters) – La Corée du Nord a déployé samedi ce qui semble être de nouveaux missiles de longue portée et des missiles mer-sol tirés à partir de sous-marins pour le 105e anniversaire de naissance de son fondateur, Kim Il-sung, au moment où un porte-avion américain à propulsion nucléaire fait route vers la péninsule coréenne.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, petit-fils du fondateur, a présidé ce défilé géant, en ce « Jour du soleil ». Il est apparu détendu dans un costume sombre, riant avec ses conseillers.

Une action militaire des Etats-Unis contre la Corée du Nord, qui a continué ses essais nucléaires et ses tirs de missiles au mépris des sanctions internationales, apparaît plus plausible depuis le bombardement par l’armée américaine en fin de semaine dernière d’une base aérienne syrienne en réponse à une attaque chimique contre un village, dont Washington estime Damas responsable.

La place principale de Pyongyang, la place Kim Il-sung, était remplie de soldats marchant au pas de l’oie et de fanfares, en cette journée ensoleillée de printemps. Suivaient des chars, des lance-roquettes multiples et autres armes de guerre. Des avions survolaient la scène.

A la différence de certains défilés précédents, il ne semblait pas y avoir de haut dirigeants chinois dans l’assistance. La Chine voisine, seule alliée de la Corée du Nord, s’est toutefois exprimée contre les essais nucléaires et les tests de missiles de Pyongyang et soutient les sanctions prises par les Nations unies.

REPRÉSAILLES

La Corée du Nord affirme avoir développé un missile susceptible d’atteindre les Etats-Unis et promis de le tester. Mais les experts estiment qu’elle ne maîtrise pas encore toutes la technologie nécessaire.

Les spécialistes de l’armement estiment que les missiles qui ont été présentés samedi lors du défilé sont de nouveaux types de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Deux sortes d’ICBM ont été montrés, insérés dans des systèmes de lancement montés à l’arrière de camions, ce qui suggère que Pyongyang travaille à un « nouveau concept » d’ICBM, estime Melissa Hanham, du Middlebury Institute of International Studies basé à Monterey, en Californie.

« Toutefois, dit-elle, la Corée du Nord a pour habitude de présenter de nouvelles armes lors des défilés avant de les avoir testées ou lancées. »

La Corée du Nord est toujours techniquement en guerre avec les Etats-Unis et leur allié sud-coréen, après le conflit qui a opposé le Nord et le Sud de 1950 à 1953 et qui s’est terminé par un cessez-le-feu sans traité de paix.

A l’occasion de certains grands événements politiques, elle a mené des tests de missiles ou des essais nucléaires.

Samedi, elle a prévenu les Etats-Unis que toute provocation serait suivie de représailles.

« Les actions scélérates des Etats-Unis dans les domaines politique, économique et militaire, conformément à leur politique hostile envers la RPDC, seront totalement déjouées par les contre-attaques les plus dures de l’armée et du peuple de la RPDC », a déclaré un porte-parole de l’état-major de l’armée cité par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) est le nom officiel de la Corée du Nord.

« PHASE DANGEREUSE »

« Notre contre-attaque la plus dure contre les Etats-Unis et ses forces vassales sera prise d’une façon si impitoyable qu’elle ne permettra pas aux agresseurs de survivre », ajoute le porte-parole.

La « grave hystérie militaire » de l’administration Trump a atteint une « phase dangereuse qui ne peut plus être ignorée », dit ce porte-parole.

Les Etats-Unis ont fait savoir que leur politique de « patience stratégique » était terminée. Le vice-président Mike Pence est attendu en Corée du Sud dimanche dans le cadre d’une tournée de dix jours en Asie prévue de longue date.

Des missiles balistiques stratégiques mer-sol Pukuksong ont également été montrés lors du défilé. C’était la première fois que la Corée du Nord montrait ces missiles, qui ont une porté de plus de 1.000 km, à un défilé militaire.

Le fait d’exhiber ces missiles indique que la Corée du Nord s’estime proche de parvenir à son objectif de déployer des missiles à bord de sous-marins, ce qui les rend difficiles à détecter, estime Joshua Pollack, de la revue Non-prolifération basée à Washington.

Choe Ryong Hae, proche conseiller de Kim Jong-un, s’est adressé à la foule sur la place bondée et a réitéré son avertissement aux Etats-Unis.

« Si les Etats-Unis mènent une provocation imprudente contre nous, notre pouvoir révolutionnaire répliquera dans l’instant par une frappe destructrice et nous répondrons à la guerre totale par la guerre totale et à la guerre nucléaire par notre style de guerre nucléaire », a-t-il déclaré.

(Avec Nick Mafie à Séoul; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Tangi Salaün)

https://fr.news.yahoo.com/pyongyang-pr%C3%A9sente-des-missiles-%C3%A0-lapproche-du-porte-095819747.html

 

.

.

Et pour finir ce tour d’horizon,

malheureusement guerrier,

une pensée du camarade Do, sur son site VLR !

.

Vers la guerre mondiale – 17 avril 2017 –

Faut-il dire Trump est un cowboy, un connard, ou un salopard ? Les trois !

« C’est pas Kim Jong-un et la Corée du Nord qui ont envoyé un porte-avion nucléaire près des côtes américaines pour provoquer et intimider Trump et les USA, c’est bien au contraire Trump et les USA qui cherchent la guerre.

Les USA ne supportent pas qu’un régime se dise « communiste », et ils n’ont jamais accepté de ne pas avoir gagné la guerre de Corée en 1953. Ces connards de cowboys cherchent une revanche. C’est des salauds !

Soyons bien sûr que si les dirigeants coréens n’avaient pas eu la présence d’esprit de se démerder pour avoir « la bombe », ça fait bien longtemps que la Corée du Nord aurait été réduite en cendre par ce pays de merde que sont les USA. Pays qui n’a même pas le droit d’exister, puisqu’il a été bâti avec les bras d’esclaves déportés depuis l’Afrique Noire sur un territoire totalement volé aux Indiens en les tuant tous. »

 

http://mai68.org/spip2/spip.php?article189

 

 

PICASSO,  MASSACRE EN CORÉE  (1951 )

 

.

https://i2.wp.com/mai68.org/spip2/IMG/jpg/north-korea_Latuff.jpg

 

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

 

Publicités