Le Donbass entre indépendance et intégration

.

.

 

Le Donbass entre

 

indépendance

 

et intégration

 

.


Le chef de la RPD, Alexandre Zakhartchenko, a tenu à rappeler dans ses vœux à la population le chemin accompli en trois ans, et surtout celui accompli durant l’année écoulée. La constitution d’un état qui fonctionne, le travail intensif pour l’indépendance alimentaire et économique de la république, et pour venir en aide aux territoires occupés par l’armée ukrainienne.

La présence massive des drapeaux russes indique clairement l’objectif des deux républiques populaires du Donbass : l’intégration avec la Russie. Et il n’est pas fortuit que la deuxième réunion du comité d’intégration Russie-Donbass ait eu lieu à Donetsk le lendemain de ces célébrations.

Lors de la session plénière (à laquelle participaient le chef de la RPD Alexandre Zakhartchenko, le vice-président du conseil des ministres de la RPD Alexandre Drobot, le député de la Douma russe Andreï Kozenko, le membre du conseil de la fédération Sergueï Tsekov, d’autres politiciens, russes, des personnalités publiques, ainsi que des experts et journalistes de 10 pays), quatre plate-formes de discussion ont été organisées autour des sujets suivants :

1. Restaurer les liens économiques entre le Donbass et la Russie
2. Intégration humanitaire et culturelle entre le Donbass et la Russie
3. Meilleures pratiques d’intégration et d’interaction entre le Donbass et la communauté russe
4. Soutien international du Donbass

Concernant ce dernier point, c’est l’Italie qui montre en Europe le chemin de la sagesse en ce qui concerne le Donbass, grâce à une députée italienne du parlement européen, Eleonora Forenza qui a l’intention de soumettre au parlement italien et au parlement européen la question de la reconnaissance de la RPD et de la RPL, et d’organiser une visite des représentants des deux républiques à Bruxelles.

« Il est honteux que l’UE soutienne le régime de Kiev. C’est pourquoi j’ai déjà signé une pétition pour exiger du gouvernement italien qu’il reconnaisse officiellement les républiques autoproclamées. J’évoquerai la pétition qui appelle à cesser de soutenir le gouvernement de Porochenko et à reconnaître la RPD et la RPL au Parlement européen. Prochainement, nous y organiserons une réunion où seront conviés les représentants de Donetsk et de Lougansk. Le but étant d’examiner ce problème au niveau international et de montrer comment les habitants se battent courageusement pour leur liberté en luttant contre le fascisme d’aujourd’hui. J’ai pris des responsabilités devant de nombreuses personnes du Donbass. Et j’ai l’intention de tenir parole« , a déclaré Eleonora Forenza.

Ce projet fait suite à la visite d’une délégation internationale à Donetsk et à Lougansk, au moment des célébrations du 9 mai, et des forums dédiés à la lutte contre le fascisme et le nazisme.

Les visiteurs ont été assez perturbés par l’incohérence flagrante entre la situation réelle sur le terrain et la façon dont elle est présentée dans les médias occidentaux. Ils ont compris sur place que c’est bien l’Ukraine qui bloque le processus de paix, que le gouvernement à sa tête est un régime fasciste noyauté par les mouvements néo-nazis. Un sujet que l’UE ne devrait pas prendre à la légère.

Car la Russie, elle, ne prend pas ce problème à la légère et comme l’indique l’existence même du comité, le processus d’intégration est en cours. Les déclarations et documents signés à l’issue de cette première réunion dans le Donbass ne laissent d’ailleurs pas de doute sur l’objectif de ce comité.

« Aujourd’hui, nous nous tournons vers un travail particulier. Nous voulons réussi à atteindre l’objectif dont j’ai rêvé, de rentrer à la maison [au sein de la Russie]. L’ensemble du processus qui a lieu et qui aura lieu vise cet objectif, » a ainsi déclaré Alexandre Zakhartchenko.

Le coordinateur du comité d’intégration, le député de la Douma de la fédération de Russie, Andreï Kozenko, a fait une déclaration similaire. Et pour confirmer ces déclaration, un accord de jumelage entre Donetsk et la ville de Soudak en Crimée et un autre la ville de Nijnegorski en Crimée et la ville Perevalsk en République Populaire de Lougansk (RPL) ont été signés.

Ces accords de jumelage viennent s’ajouter à plus grande coopération économique entre la Crimée et le Donbass. Des entreprises basées en Crimée sont venues avec des propositions concrètes, et la RPD et la RPL vont pouvoir par exemple désormais exporter les produits ménagers et les confiseries qu’elles fabriquent vers la péninsule, s’ouvrant ainsi de nouveaux débouchés en dehors du marché intérieur. Et un accord concernant l’usine de câbles en acier Silur devrait être signé dans les jours qui suivent.

Mais ces notes positives sont contrastées par les nouvelles de la semaine, qui ont vu se mêler célébrations et victimes des bombardements, espoirs d’un meilleur avenir et destructions. Après la tentative d’attentat du 8 mai, et le bombardement de la parade de la Victoire à Bezymennoye le 9 mai, et celui du district de Kouibyshevsky le matin du 10 mai, l’armée ukrainienne a poursuivi sur sa lancée, tirant en tout 2 122 obus d’un calibre interdit par les accords de Minsk (auxquels il faut rajouter tout ce qui est d’un calibre inférieur : lance-grenades, lance-roquettes, mortiers, véhicules de combat d’infanterie, etc) au cours de à 331 violations du cessez-le-feu en une semaine.

Les dernières 24 heures furent marquées par 59 nouvelles violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne en RPD, au cours desquelles les soldats ukrainiens ont lourdement bombardé le district de Petrovsky à Donetsk, Dokouchaevsk et le Sud de la RPD, provoquant de très nombreux dégâts et destructions d’habitations civiles, et privant de gaz près de 300 habitations de Dokouchaevsk.

Suite à tous ces bombardements, en huit jours, la RPD en est à neuf blessés parmi les civils (dont deux rien que les dernières 24 heures), ainsi que quatre morts et quatre blessés parmi les soldats (dont un mort et un blessé durant les dernières 24 heures).

En Ukraine, pendant ce temps là, le pays et les autorités partent dans un grand n’importe quoi. Entre un de leurs chercheurs, Alexandre Rybine, qui n’a pas hésité à sortir à des journalistes venus visiter son exposition sur les trésors du Tibet que le Bouddha avait des origines ukrainiennes, l’Eurovision qui est qualifié de théâtre de l’absurde par le président du jury ukrainien, et Porochenko qui rêve tout debout suite à la validation du régime sans visa pour l’Ukraine, on ne sait plus si on doit rire ou pleurer sur la tragi-comédie qu’est devenue l’Ukraine.

Pour croire aux délires du soi-disant président ukrainien sur le fait que ce régime sans visa va aider à récupérer la Crimée et le Donbass en donnant envie à ses habitants d’avoir un passeport ukrainien, il faut tout de même faire preuve d’une stupidité crasse.

Car à choisir entre :

  • Option 1 : un régime sans visa avec l’UE en faisant partie d’un pays en ruines, en état de faillite, bourré de néo-nazis qui ne rêvent que de tuer du russophone, qui avaient même rempli un train pour aller mater les Criméens par la violence, et d’autorités qui avaient donné des ordres pour tirer sur la foule qui encerclait les casernes ukrainiennes lors des événements de Crimée, qui ont laissé faire le massacre de Khorsun, qui bombardent le Donbass depuis trois ans, le soumettent à un blocus économique, récompensent des criminels de guerre, érigent en héros nationaux des collaborateurs de nazis, et coupent l’eau et l’électricité des deux régions. Sans parler de l’abandon des Tatars et des infrastructures de Crimée et du Donbass pendant 25 ans à l’époque ukrainienne.

  • Option 2 : pas de régime sans visa avec l’UE, en faisant partie ou en étroite intégration avec un pays relativement prospère qui a construit une centrale thermique en Crimée et tiré en urgence des câbles électriques via le détroit de Kertsch pour alimenter la péninsule, qui construit un pont pour la désenclaver, qui a réparé les routes et infrastructures vitales, a donné officiellement des terres aux Tatars, leur permet de recevoir un enseignement dans leur langue, a construit même de nouvelles mosquées sur la péninsule, permet aux trois langues de coexister de manière officielle (russe, ukrainien, tatar), fournit de l’aide humanitaire au Donbass, et a reconnu les documents de la RPD et de la RPL afin que les habitants puissent voyager et commercer avec la Russie.

Toute personne dotée de jugeote et de bon sens choisira l’option 2. C’est le choix qu’on fait la Crimée et le Donbass en 2014 lors de leurs référendums respectifs. L’espoir d’un meilleur avenir exprimé par la volonté populaire, qu’elles entendent bien réaliser.

Christelle Néant

 Sources:

https://dnipress.com/fr/posts/le-donbass-entre-independance-et-integration-entre-repetition-du-passe-et-espoir-pour-lavenir-alors-que-lukraine-plonge-dans-le/

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-donbass-entre-independance-et-193132

 

 

 

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

 

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s