Leçon du Donbass : Effacez l’histoire d’un peuple, et vous pourrez alors le contrôler et l’amener à sa perte

 

 

Leçon du Donbass :

Effacez l’histoire d’un peuple,

et vous pourrez alors le contrôler

et l’amener à sa perte

 

 

Tout ce qui est arrivé en Ukraine avant le Maïdan et après peut se résumer à cette simple phrase prononcé par un volontaire russe qui se bat avec les volontaires du Donbass pour défendre leur terre: « Comme on dit, effacez l’histoire d’un peuple, et en 10 ans les gens se transformeront en troupeau de moutons, en 20 ans vous serez capable de les contrôler. »

Comme le dit si bien cette phrase célèbre « ceux qui ne connaissent pas leur histoire, sont condamnés à la répéter ».

Alors que la « trêve du pain » n’a pas duré plus longtemps que les précédentes, et que le nombre de violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne augmente petit à petit chaque jour, les choix politiques de Kiev prouvent que cette phrase célèbre est malheureusement vraie.

Après qu’une première ébauche de la loi de réintégration du Donbass ait fuité, amenant une certaine perplexité parmi les lecteurs de ce chef d’œuvre d’acrobatie (qui était supposé déclarer que le Donbass est occupé, mais sans indiquer qui est l’agresseur et l’occupant), une seconde ébauche a été publiée par Unian (l’agence de presse ukrainienne officielle). Et le moins que l’on puisse dire c’est que la deuxième mouture est très différente de la première.

Cette fois, la Russie est clairement mentionnée comme étant l’état agresseur et l’occupant : « La fédération de Russie mène une agression militaire contre l’Ukraine, et a temporairement occupé des parties de son territoire avec l’aide des Forces Armées de la fédération de Russie ».

Le premier article de ce projet de loi, indique aussi clairement que la Russie occupe une partie de la région du Donbass « dans les limites de laquelle des unités des Forces Armées de la fédération de Russie, des groupes armés établis sous les auspices de, subordonnés à, gérés, contrôlés et financés par la fédération de Russie, et l’administration d’occupation de la fédération de Russie, ont mis en place des autorités et exercent leur pouvoir ».

Le problème, comme souligné par la directrice de la société de consulting Parti au Pouvoir (Partiya Vlasti), Yelena Dyachenko, c’est que « les autorités du pays occupant doivent être installées dans les territoires occupés. Il n’y en a aucune dans le Donbass. Par conséquent, si nous reconnaissons ces territoires comme étant ceux occupés par la RPD et la RPL, alors nous allons perdre ces territoires définitivement. Il n’y a absolument ni les drapeaux, ni les autorités russes ».

De plus, cette loi qui déclare qu’il est important d’appliquer les accords de Minsk pour récupérer les Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk (RPD et RPL), mais qui parle dans le même temps d’utiliser l’armée ukrainienne pour atteindre cet objectif si nécessaire, viole purement et simplement ces mêmes accords, comme l’a commenté la ministre des Affaires étrangères de la RPD, Natalia Nikonorova.

« L’adoption [par Kiev] de tout acte concernant le Donbass sans s’accorder dessus avec les républiques est une violation des accords de Minsk, » a-t-elle rappelé.

Les articles allant de 4 à 6 de ce projet de loi sont de loin les plus cyniques de cette ébauche. Ainsi, l’article 4 propose de « protéger les droits et libertés des individus qui ont souffert de l’agression russe ». Sauf qu’ici personne ne souffre d’une agression russe, qui est totalement imaginaire. La seule agression dont les gens du Donbass souffrent c’est celle de l’armée ukrainienne ! Une armée qui a été envoyée là pour mater par la force la population du Donbass lorsqu’elle a fait valoir ses droits.

L’article 5 quant à lui, déclare que « les autorités gouvernementales devraient utiliser les opportunités existantes pour protéger les droits et libertés des citoyens ukrainiens vivant dans les zones occupées ». Qu’ils commencent déjà par arrêter de leur tirer délibérément dessus, de tirer sur les stations d’épuration, les stations de pompage de l’eau, les sous-stations électriques et j’en passe. Qu’ils arrêtent de leur renier tout droit fondamental comme les autorités ukrainiennes le font depuis plus de trois ans. À commencer par le droit à la liberté d’expression, et le droit à l’autodétermination des peuples.

L’article 6, est quant à lui le summum. Avec cet l’appel à protéger les droit et libertés des citoyens vivant en RPD et en RPL en promouvant leurs besoins sociaux et économiques et en rétablissant les liens humanitaires et culturels, alors que je le rappelle c’est l’Ukraine qui a instauré un blocus total du Donbass !

Mais surtout c’est la partie concernant la responsabilité de l’Ukraine dans ce conflit qui est un chef d’œuvre absolu de cynisme. Je cite : « L’Ukraine n’est pas responsable des actions illégales de la Russie en tant que pays agresseur et de ses groupes armés illégaux qu’elle contrôle dans certains districts des régions de Donetsk et de Lougansk ».

Lors qu’on lit cela et qu’on connaît la situation réelle dans le Donbass, on en vient à se demander s’il faut en rire ou en pleurer, devant un tel summum d’immoralité. Parce que le seul responsable de ce conflit c’est bien l’Ukraine, qui a envoyé l’armée mater par les armes des manifestations et occupations de bâtiments pacifiques, qui avaient eu lieu suite au coup d’état du Maïdan et aux décisions prises par le nouveau gouvernement.

Parce que le seul occupant dans le Donbass, c’est l’armée ukrainienne, qui reçoit ses ordres directement d’un gouvernement qui est issu d’un coup d’état, et est illégitime. Une armée qui tue des gens dont le seul tord est d’avoir exprimé leur refus d’accepter le résultat du coup d’état du Maïdan.

Ceux qui commettent des crimes de guerre ici à échelle industrielle, en bombardant ou tirant délibérément tous les jours sur des civils ou sur les infrastructures vitales, en empoisonnant l’eau (voir la vidéo ci-dessous), en torturant systématiquement leurs prisonniers (et les violant quasi systématiquement lorsqu’il s’agit de femmes), souvent arrêtés pour simple soupçon de séparatisme, et qui violent méthodiquement les droits des civils du Donbass (blocus économique et commercial total du Donbass, refus de délivrer des papiers aux personnes qui vivent ici, de payer normalement les retraites, coupure de l’eau et de l’électricité, etc), c’est l’armée ukrainienne, le SBU, la Garde Nationale, les bataillons néo-nazis et les autorités ukrainiennes.

Pas les armées et les autorités de la RPD et de la RPL. Et encore moins l’armée russe, qui n’est même pas présente dans le Donbass, comme l’a déclaré le ministre adjoint des Territoires occupées et des déplacés internes en Ukraine, Guéorgui Touka, dans une interview accordée au journal Apostrophe.

Tout ceci, ce sont des crimes commis par Kiev à l’encontre de la population dont elle prétend aujourd’hui défendre les droits et libertés. Ces mêmes droits et libertés que les autorités ukrainiennes ont niés au peuple du Donbass lorsqu’il s’est soulevé parce qu’il refusait le coup d’état du Maïdan.

En réalité, ces articles visent à abroger la responsabilité de l’Ukraine et éviter aux autorités de Kiev de devoir faire face un jour à la justice pour ses crimes dans le Donbass, comme l’a souligné Yelena Diachenko.

« Pourquoi cette responsabilité devrait-elle être abrogée ? Pour éviter un tribunal militaire pour crimes de guerre, » a-t-elle expliqué.

Cette loi ressemble à ce qu’aurait pu donner une loi votée par les Nazis allemands, pour soi-disant protéger les droits et libertés des juifs, des tziganes et des opposants pendant qu’ils les exterminaient, pour éviter un jour d’être condamnés au tribunal de Nuremberg… Juste à vomir…

Et si je fais un tel parallèle, ce n’est pas juste pour choquer. C’est à cause du fait, qu’ayant oublié leur histoire, les autorités ukrainiennes répètent les mêmes erreurs que les Nazis et bien d’autres avant eux, et vont finir de la même manière.

En nommant explicitement la Russie comme étant l’agresseur et l’envahisseur, si ce projet de loi est voté tel quel, alors ce sera une déclaration de guerre officielle de l’Ukraine contre la Russie. Alors que la première ébauche semblait vouloir éviter une guerre directe avec la Russie, la deuxième est délibérément agressive envers cette dernière.

Faut-il y voir un lien avec les récentes déclarations d’officiels de l’OTAN, de l’OSCE et des USA, concernant la présence de l’armée russe imaginaire dans le Donbass ? Cette rhétorique guerrière est inquiétante à plus d’un titre, et indique que certains rêvent d’une escalade de la situation, et de provoquer une véritable guerre avec la Russie.

Et si l’Ukraine a oublié ce qui est arrivé à ceux qui ont déclaré la guerre et tenté d’envahir la Russie, les Russes, eux, n’ont pas oublié, comme le prouve cette déclaration d’un des soldats que nous avons interviewé.

« La victoire sera nôtre, parce que la vérité est toujours de notre côté, alors que le mensonge est avec eux. L’injustice n’a jamais gagné contre la vérité. Le bien gagnera », a ainsi déclaré le soldat surnommé Volga.

Christelle Néant

 

 

Regarder l’interview de deux volontaires russes qui sont venus combattre pour le Donbass:

 

 

 

Source de l’article:

https://dnipress.com/fr/posts/lecon-du-donbass-effacez-lhistoire-dun-peuple-et-vous-pourrez-alors-le-controler-et-lamener-a-sa-perte/

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s