anticapitalisme

Lutte sociale en Irak

 

 

 

https://i1.wp.com/scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2018-07-15t164030z_1140105880_rc1e2647f380_rtrmadp_3_mideast-crisis-iraq-protests_0.jpg

 

La contestation sociale qui a débuté il y a une semaine s’est amplifiée ce week-end. Deux personnes ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi. Plusieurs rassemblements ont été dispersés dimanche à Bassorah dans le sud mais aussi à Najaf et Kerbala, les affrontement ont fait des dizaines de blessés. Les Irakiens protestent contre le chômage et le délabrement des services publics. Le gouvernement a pris des mesures d’urgences.

A Bassorah, où la contestation a éclaté il y a une semaine, de nombreuses manifestations ont eu lieu ce week-end, les manifestants ont pris d’assaut un bâtiment officiel, et ont tenté d’entrer dans les installations pétrolières d’Al Zoubeir.

Mais le mouvement a gagné d’autres régions, il touche même désormais la capitale, Bagdad. Le Premier ministre irakien a durci le ton ce week-end et pris des mesures sécuritaires : il a placé les forces de sécurité en alerte maximum mais leur a interdit de tirer à balles réelles sur les manifestants. A Bassorah, désormais sous couvre-feu, l’armée a été déployée autour des installations pétrolières. L’internet a été coupé. Les Irakiens protestent contre la pauvreté, le délabrement des infrastructures publiques du pays et la corruption de l’administration.

Pour tenter de calmer le mécontentement, Haidar al-Abadi a annoncé qu’il débloquait une enveloppe de trois milliards de dollars pour la province de Bassorah. Il a également promis des investissements dans l’habitat, les écoles et les services.

 

 

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180716-fronde-sociale-ampleur-irak-al-abadi-debloque-3-milliards

 

 

 

 

 

 

https://i0.wp.com/scd.france24.com/fr/files_fr/imagecache/france24_large_652_338/article/image/1912-kurdistan-irak-protest.jpg

https://s1.lemde.fr/image/2018/07/16/534x0/5332106_6_9450_manifestation-a-bassora-le-15-juilllet_70652944bcbc5bfd27cf731fd0d5dd81.jpg

 

https://img.huffingtonpost.com/asset/5b4cac622000004500373358.jpeg?ops=scalefit_630_noupscale

 

https://i1.wp.com/md1.libe.com/photo/1140244-photo-d-une-manifestation-contre-la-deliquescence-des-services-publics-et-le-chomage-a-bassora-dans-.jpg

 

 

 

 

Publicités

Retraites en peau de chagrin : Le Capital comprime et tue pour sauver ses bénéfices !

 

https://s3.reutersmedia.net/resources/r/?m=02&d=20180704&t=2&i=1279498926&r=LYNXMPEE6313V-OFRTP&w=1200

Retraites 

en peau de chagrin :

.

.

Régression

 

de l’espérance de vie,

 

Allongement du temps

de travail nécessaire,

Le Capital

comprime et tue

pour sauver ses bénéfices !

 

 

 

« Il faut reporter l’âge de départ à la retraite », selon les sénateurs…

PARIS (Reuters) –

La réforme systémique des retraites annoncée par le gouvernement ne peut esquiver le relèvement de l’âge de départ à la retraite, estime un rapport sénatorial présenté mercredi, tirant des enseignements des expériences italienne, allemande et suédoise.  

Les sénateurs Jean-Marie Vanlerenberghe (Union centriste) et René-Paul Savary (Les Républicains) se sont rendus avec le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, dans ces trois pays pour observer les “conditions de réussite” des réformes qui y ont été engagées dans les années 1990.

Dans les trois pays que nous avons visités, la question des âges de la retraite demeure centrale”, écrivent-ils dans le rapport présenté devant la commission des Affaires sociales du Sénat. “La réforme des retraites ne pourra pas éluder cette question. La position de notre commission, appelant depuis plusieurs années au relèvement de l’âge minimum légal à 63 ans, demeure plus que jamais d’actualité.”

La réforme vise à unifier les 42 régimes existants et faire en sorte qu’”un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé”. Emmanuel Macron a exclu pendant la campagne présidentielle de modifier l’âge légal de départ à la retraite.

En Italie, en Allemagne et en Suède, l’âge moyen de départ se situe autour de 64 et 65 ans, plutôt qu’à 62 ans comme en France. En Suède, “les femmes et les travailleurs moins qualifiés partent plus tôt avec des niveaux de pension insuffisants”. Une réflexion est donc en cours pour augmenter l’âge minimum de 61 à 64 ans.

Pour les sénateurs, “la difficulté qui consisterait à ne pas augmenter l’âge minimum légal, pour respecter la promesse de campagne du président de la République (…) aurait pour conséquence de ‘fabriquer’ des retraités plus pauvres”.

PAS DE RÉÉQUILIBRAGE AUTOMATIQUE

On n’échappera pas, comme ont fait les autres, à lier l’âge de la retraite et l’espérance de vie”, a-t-il dit à Reuters. “Ce qu’ont fait les partenaires sociaux de manière assez courageuse, c’est de faire en sorte que pour avoir sa retraite complémentaire à taux plein, on a besoin de cotiser plus. Il y a une décote quand on prend sa retraite à 62 ans.”

Il est déjà établi par le haut-commissaire que le nouveau système serait géré par points, c’est-à-dire que chaque actif cumulerait des points tout au long de sa carrière. Ces points seront ensuite convertis en fonction d’un coefficient au moment de la liquidation de la retraite. L’Allemagne a fait le choix de ce type de régime en 1992.

La Suède et l’Italie ont opté pour un système en comptes notionnels, dans lequel chaque actif alimente un capital de retraite virtuel en euros (ou couronne suédoises).

Ce capital, revalorisé chaque année en fonction de l’évolution des salaires, est converti par un coefficient (comme dans le système à points) au moment de la liquidation de la retraite. La pension versée dépend toutefois de l’espérance de vie de la génération à laquelle cet actif appartient ainsi que du montant total des cotisations versées par cette génération.

Les sénateurs estiment que, comme pour ces pays, “il est nécessaire de définir clairement un mécanisme d’alerte” lorsque la pérennité financière du système est à risque, mais souhaitent éviter tout rééquilibrage automatique.

Confrontée à une baisse de la croissance et à une hausse du taux de chômage en 2010, la Suède, qui est dotée d’un tel rééquilibrage, aurait pu voir ses pensions diminuer de 4,2%. Le gouvernement a toutefois décidé de limiter la baisse à 3% en la lissant sur trois ans et en mobilisant des fonds de réserve.

Les parlementaires précisent également que les systèmes visités combinent de façon équilibrée une gestion par répartition pour leur régime de base et par capitalisation pour leur régime complémentaire.

Aucun débat d’émerge pourtant à ce stade sur la question de la capitalisation en France. Les esprits, en particulier des partenaires sociaux, ne semblent pas encore assez mûrs”.

Ils préconisent par ailleurs une période de transition pour passer d’un régime à l’autre de 20 ans, comme en Suède.

https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN1JU1MC-OFRTP

Retraites – Vieillit-on plus longtemps ?

NON ! On nous ment !

en voici la preuve

jeudi 5 juillet 2018 (Date de rédaction antérieure : 19 octobre 2010).

Note de do du 3 novembre 2016 à 20h20 : Comme France 2, tout en prenant un air narquois, vient de faire de la propagande pour la retraite à 70 ans, je remets à nouveau cet article tout en haut.

Note de do du 20 janvier 2016 : comme pour la première fois le pouvoir vient de reconnaître que l’espérance de vie n’augmentait pas mais baissait, je remets cet article tout en haut.

VIEILLIT-ON PLUS LONGTEMPS ?


Voici la preuve que
L’argument fondamental du pouvoir pour détruire nos retraites
est un mensonge éhonté, une gigantesque manipulation,

que tout le monde doit dénoncer partout où il peut.

Bonjour à toutes et à tous,

Souvenez-vous : avant la « crise », le pouvoir nous faisait une propagande gigantesque pour nous imposer les fonds de pension en lieue et place de notre bon vieux système de retraites par répartition.

Bien sûr, avec la « crise », tout le monde a dû admettre qu’il était bien peu prudent de jouer nos retraites à la bourse. Aussi, pour imposer par la force ses fonds de pension, le pouvoir détruit autant qu’il le peut nos retraites par répartition.

Le 7 septembre 2010, j’écrivais un article que voici :

« On vieillit plus longtemps ! on vieillit plus longtemps ! », ils n’ont que ça à la bouche, tous ceux qui sont en train de nous détruire notre sécu, et nos services publics, et nos retraites, etc.

Mais, quand ils auront tout détruit, l’espérance de vie va très vite cesser d’augmenter pour se mettre à diminuer très rapidement.

Pour preuve, s’il en fallait une, regardez en Russie :

Quand l’URSS a été détruite et que tous les avantages acquis (vraie sécu, vraies retraites, etc.) ont disparu les uns après les autres, l’espérance de vie s’est mise à baisser énormément. À tel point, qu’après 1992, en 10 ans, l’espérance de vie des Russes a baissé de 10 ans !

Le 10 septembre 2010, le comité Valmy publiait sur son site un article de Jean-Yves Crevel confirmant tout à fait ce que j’avais prévu, à ceci près que ça fait déjà au moins deux ans que l’espérance de vie a commencé à reculer. Cet article est essentiel. Il est l’argument massue pour motiver la population à se battre pour sauver son système de retraites. Voici cet article :

L’argument pour reculer l’âge de départ à la retraite bientôt périmé – Jean Yves Crevel

Le grand secret : L’espérance de vie recule !

Dans un même ensemble, tous les pays de l’UE reculent l’âge de départ à la retraite. Cela ne signifie évidemment pas qu’ils auraient tous été incompétents, en même temps, au point que tous auraient négligé de s’assurer du financement de leurs systèmes de retraite. Aussi grotesque soit-elle, c’est pourtant la version officielle, le dogme.

La vraie raison de cette précipitation tient simplement à cette courte péremption, à la terrible faiblesse de l’argument massue, répété en boucle : il faudrait travailler plus longtemps parce que l’espérance de vie augmente… Imparable ! Que répondre à cet argument chic et choc ? Rien, il faudrait donc se soumettre à défaire en 2010 ce qui a été mis en place en 1945, parce qu’on ne pourrait plus assurer dignement les vieux jours ni de nos parents, ni de nos grands-parents, alors que la productivité a été multipliée par trois entre 1945 et 2010 ?

L’argument de l’allongement de l’espérance de vie est indispensable pour masquer le scandale de cette incohérence économique. Le hic, c’est que tous les indicateurs sont au rouge pour signaler qu’il est parfaitement mensonger : en réalité, l’espérance de vie a cessé de s’allonger depuis au moins deux ans pour maintenant amorcer un recul qui risque de s’accélérer.

A titre d’illustration, voici trois informations très peu relayées :

En France : La Croix du 23/12/2009 : L’espérance de vie des femmes a légèrement reculé en 2008. L’an dernier, 542 575 décès ont été constatés en France selon l’Insee, un chiffre en hausse de 2,1 % par rapport à 2007.

Aux USA : WASHINGTON POST du 22/04/2008 : Pour la première fois depuis 1918, une proportion significative des femmes américaines voient leur espérance de vie diminuer », rapporte le quotidien. Telle est la conclusion d’une étude menée par l’université de Washington dans mille comtés du pays, représentant 12 % de la population féminine.

En Afrique : « RFI du mardi 24 novembre 2009 : la durée de vie moyenne d’un Africain ne dépasse pas les 53 ans. Et elle n’est plus que de 50 ans en Afrique du Sud où l’espérance de vie a reculé de 12 ans en moins de vingt ans.

L’allongement de l’espérance de vie n’a donc concerné que les quelques générations qui ont bénéficié des progrès de la médecine sans que ce bénéfice ne soit annulé par les conséquences de la malbouffe, de la pollution, des pandémies modernes et juteuses, sans parler des expérimentations pharmaceutiques en vraie grandeur…

C’est fini ! Désormais, la durée moyenne de vie recule. Voilà pourquoi il est indispensable aux financiers, ceux qui contrôlent par la corruption les institutions européennes, d’utiliser l’argument fallacieux de l’allongement de la durée de vie, avant que la vérité n’éclate.

Enfin, le recul de l’âge de départ à la retraite ne signifie pas un allongement de la durée du travail, mais globalement, un transfert de charges du système de retraite vers l’assurance chômage ou la protection sociale. Pour que la réforme produise réellement un allongement du travail, il faudrait… du travail, ce qui impliquerait de relancer l’activité. Quand le FMI  et l’UE imposent un ralentissement de l’activité et une réduction massive du pouvoir d’achat, on ne voit pas comment le travail reviendrait dans ces conditions.

La constitution européenne a été rebaptisée « Traité TUE ». Faut-il y voir un clin d’œil ? Un message codé ? Une sinistre blague ?

Ce qui est certain, c’est qu’il est urgent d’en sortir !

Note de do : Cet article serait parfait s’il ne s’y était glissé une légère erreur. Je cite : « la productivité a été multipliée par trois entre 1945 et 2010 » Bien mieux que ça : en ce moment, grâce au progrès scientifico-technique, notamment les ordinateurs, la productivité du travail double tous les dix ans ! La productivité a été multipliée par quatre en 20 ans ! (entre 1990 et 2010).

Bien à vous,
do
19 octobre 2010
http://mai68.org

Post-scriptum :

1°) Et de toutes façons, il n’y a aucun problème de retraites :

http://mai68.org/spip/spip.php?article959

2°) Nous ne nous battons pas seulement pour les retraites, nous voulons aussi retrouver une vrai Sécurité Sociale digne de ce nom, comme après mai 68. Nous voulons retrouver aussi de vrais services publics. Nous revoulons nos vieux PTT, notre EDF-GDF, notre bonne vieille SNCF, etc. Par conséquent, nous devons refuser que les directions syndicales amenuisent notre mouvement de contestation en le limitant aux retraites. Nous devons imposer nos slogans. La retraite ne suffirait bien sûr pas à nous motiver comme nous sommes motivés. En fait, c’est un ras-le-bol général. Et cela doit se savoir, cela doit être officiel, nos slogans ne doivent pas parler que de nos retraites. Ils doivent aussi parler de tout le reste. Mais pour cela, il nous faut retrouver la parole. cette parole ne doit pas être laissée entre les mains des directions syndicales.

3°) Pour gagner vraiment, et sur tous les tableaux, nous ne pouvons pas nous contenter de faire confiance aux directions syndicales. Nous devons diriger nous-mêmes notre mouvement de contestation. Pour cela, il nous faut l’auto-organiser en une coordination commune à tous les secteurs en lutte. Ainsi nous reprendrons aussi la parole au lieu de la laisser exclusivement aux grands chefs syndicaux. Autre avantage d’une coordination : dans une intersyndicale, les non-syndiqués ne sont pas du tout représentés ; or, ce sont eux les plus nombreux, et de loin ; dans une coordination, les non-syndiqués sont représentés, et selon leur juste poids !

COORDINATION MODE DEMPLOI :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1081

ou : http://vlr.chez.com/textes/coordination.htm

ou : http://lacarmagnole.free.fr/textes/coordination.htm

Faire circuler ce message partout où vous pouvez. Il y a urgence. Merci !

http://mai68.org/spip/spip.php?article1591

***************************************************************************

Dans l’Angleterre

 

où l’espérance de vie recule

 

 

Pour la première fois depuis un siècle,

l’espérance de vie baisse

dans certaines régions du Royaume-Uni.

Pauvreté, mode de vie mais aussi

coupes budgétaires sont responsables.

 

 

Reportage à Hartlepool

Paul Edmonson-Jones sourit quand on lui mentionne l’étrange concept développé par quelques médecins pour résumer le problème de leurs patients: shit life syndrom, littéralement «le syndrome d’une vie de merde». «Oui, j’en ai entendu parler», confirme le directeur de la santé publique de la mairie de Hartlepool, une ville du nord-est de l’Angleterre. «C’est vrai: ces gens sont malades parce qu’ils ont une vie de merde, qui va en empirant. Ils n’ont pas d’emploi, pas d’espoir, et trouvent consolation en allant boire des bières, fumer des cigarettes, et ils s’abîment la santé.»

Hartlepool est la 18e ville la plus pauvre d’Angleterre. Les chantiers navals, les mines et les usines chimiques ont fermé depuis bien longtemps. La dernière aciérie proche s’est éteinte en 2015. Voilà des générations que la pauvreté et les difficultés sociales sont généralisées.

Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

Mais depuis quelques années, un nouveau phénomène est venu s’ajouter: les gens meurent plus jeunes. Pour la première fois depuis un siècle, l’espérance de vie diminue. Jusqu’à récemment, même des endroits comme celui-ci voyaient la population vivre plus longtemps, malgré un fort retard sur les régions riches. C’est désormais fini.

 

«Si vous atteignez 60 ans, c’est déjà pas mal»

Si dans l’ensemble du Royaume-Uni, l’espérance de vie progresse encore, la tendance s’est inversée dans des dizaines de régions d’Angleterre. A Hartlepool, pour les hommes, elle a chuté de plus d’un an, à 76 ans, de 2011-2013 à 2014-2016. Dans les quartiers les plus pauvres, elle n’est que de 71 ans.

«Dans le quartier, si vous atteignez 60 ans, c’est déjà pas mal.» Sacha Bedding prononce cette phrase le plus sérieusement du monde. Avec Teresa Driver, il dirige l’Annexe, une association plantée au cœur de Dyke House, l’un des endroits les plus pauvres de Hartlepool. «Ici, pendant les vacances scolaires, beaucoup d’enfants qui bénéficient de repas à la cantine gratuits ne sont pas vraiment nourris le midi. Souvent, leur seul vrai repas est un take-away le soir venant du kebab du coin.» La malnutrition mène souvent à l’obésité, ouvrant un cycle vicieux de problèmes de santé.

Campagne de santé publique dans les rues de Hartlepool. PHIL HAT

Se nourrir bien coûte

«Le problème est que la nourriture saine est bien plus chère», réplique Julie Foster, une mère célibataire d’une petite fille de 2 ans, qui habite le quartier. «Il faut pouvoir aller jusqu’au supermarché, ce qui nécessite une voiture. Il faut avoir de quoi payer le gaz pour cuisiner.» Elle-même a un problème de surpoids, après des années à manger des take-away le soir au retour de ses journées de douze heures à faire des ménages.

Un restaurant «tout ce que vous pouvez manger», à Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

A la mairie, Paul Edmonson-Jones voit ces histoires se traduire dans ses statistiques. «Les causes directes de la baisse de l’espérance de vie sont les cancers, les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Mais derrière cela se trouve le mode de vie: l’alcool, la cigarette, l’obésité…» Il insiste sur un point: l’espérance de vie saine (sans maladie chronique) n’est que de 55 ans pour les femmes, à peine plus chez les hommes. «Ensuite, la population porte le fardeau du handicap. Regardez au centre-ville, on voit partout des fauteuils roulants, des gens avec des béquilles, des handicaps mentaux…»

Conséquence de l’austérité?

Michael Marmot, professeur de santé publique à l’University College London, a été l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme sur la chute de l’espérance de vie. Selon lui, l’explication se trouve à la jonction entre la pauvreté, le problème d’accès aux soins, le mode de vie, les logements insalubres… Mais il ajoute une théorie supplémentaire: «Jusqu’en 2010, l’espérance de vie au Royaume-Uni progressait à la même vitesse qu’ailleurs en Europe. Ensuite, on a décroché. Cette période semble correspondre aux conséquences non seulement de la crise financière mais aussi de l’austérité.»

Au Trussell Trust, banque alimentaire, Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

A Hartlepool, les coupes budgétaires ne sont pas un concept financier théorique. Le service d’urgence de l’hôpital a fermé. La liste d’attente pour voir un médecin s’allonge, parfois à plusieurs semaines. Le budget de la ville a baissé d’un tiers en valeur réelle depuis 2010. Toutes les associations caritatives de Hartlepool le disent: la mairie se démène de son mieux. Mais avec de telles coupes, impossible de ne pas souffrir de conséquences. Il ne reste plus que quatre infirmières scolaires pour 40 établissements, les aides pour arrêter de fumer ont presque toutes été supprimées et le travail pour pousser à faire plus de sport est réduit à quelques campagnes d’affichage.

Pour Susan Rowley, les conséquences ont été directes. Le visage profondément ridé et les dents abîmées traduisent une vie difficile. Sa fille, droguée, lui a laissé son petit-fils à élever. Ce dernier a désormais 25 ans et a lui-même de sérieux problèmes d’addiction. «La drogue est vraiment difficile à éviter dans le quartier. A tous les coins de rue, on voit des dealers.» Skunk, une forme dure de marijuana, héroïne, cocaïne, tranquillisants, toute la pharmacopée est disponible… «Avant, il y avait trois ou quatre groupes de soutien pour les problèmes de drogue. Aujourd’hui, il n’en reste qu’un seul.»

Au pub. PHIL HATCHER-MOORE

Absurdité du système d’allocations sociales

Son sens de l’humour décapant et son énorme énergie lui ont permis de tenir, malgré tout. A 62 ans, elle travaille au Belle Vue Centre, un centre d’aide social. Mais il y a quelques mois, elle a eu son «moment Daniel Blake», comme elle le surnomme, en référence au film de Ken Loach sur l’absurdité du système d’allocations sociales (Moi, Daniel Blake, 2016).

A ce propos: Ken Loach: «La Palme d’or nous aide à supporter la haine de la classe dirigeante britannique»

Son petit-fils avait enfin décroché un premier vrai emploi à Liverpool, de l’autre côté du pays, mais était convoqué à son centre de sécurité sociale, à Hartlepool. «S’il n’y allait pas, il perdait ses allocations. Mais s’il y allait, il risquait de perdre son emploi. Je suis allée les voir, pour leur expliquer la situation. Ils m’ont répondu que c’était comme ça, qu’il n’y avait rien à faire. J’ai fini par leur dire d’aller se faire foutre, et ils m’ont jetée dehors.» A 62 ans, elle en paraît dix de plus. On vieillit beaucoup plus vite à Hartlepool.

Devant un commerce, Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

https://www.letemps.ch/monde/langleterre-lesperance-vie-recule

Suicide au LIDL du Rousset : Trois ans de combat et une première victoire !

Un combat suivi dès l’origine sur

Solydairinfo et TML

 

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/06/05/surtravail-conditions-degradees-chomage-suicide-le-capitalisme-tue/

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/06/06/la-loi-du-marche-impitoyable-en-realite-temoignage/

https://solydairinfo.wordpress.com/2017/08/24/la-loi-du-marche-impitoyable-en-realite-republication/

https://solydairinfo.wordpress.com/2017/09/28/lidl-du-rousset-plus-de-deux-ans-apres-le-suicide-de-yannick-le-combat-continue/

 

 

 

 

 

 

Suicide au LIDL

du Rousset :

Trois ans de combat

 

et une première victoire !

 

Faire reconnaître la responsabilité de Lidl dans la mort de son frère Yannick : tel est le combat de Nicolas Sansonetti depuis ce drame survenu en mai 2015. La douleur due à la perte d’un être cher ou l’espoir de le faire vivre encore un peu à travers cette lutte pourraient expliquer son acharnement. Sauf que deux rapports et, maintenant, une décision de justice, viennent lui donner raison.

 

Le 16 mai, le tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Marseille examinait le cas du suicide de Yannick Sansonetti, technicien de maintenance de Lidl qui s’est donné la mort dans l’entrepôt du site de Rousset le 29 mai 2015. Le jugement a été rendu hier, et la « faute inexcusable » de l’employeur a été reconnue, selon Nicolas Sansonetti. Il serait donc établi que Lidl a manqué à son obligation de sécurité envers son salarié. « Les ayants droit – ma mère, la femme de Yannick et son fils – ont obtenu grain de cause, et Lidl est condamné à leur verser 90 000 euros », assure le frère de la victime.

 

« Si j’ai douté sur ce qui avait pu pousser mon frère à commettre ce geste ? Jamais », affirmait-il en septembre dans nos colonnes. Un sentiment que deux expertises viennent conforter. La première est le rapport du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de Lidl Rousset, rendu en mars 2016, où on peut lire que Yannick Sansonetti a subi un « processus de dégradation de l’état de santé psychologique. (…) Le suicide est l’aboutissement de ce processus. »

Le second avis est le rapport de l’inspection du travail daté du 1er septembre 2017. Il y est indiqué que « l’entreprise Lidl (…) a commis, entre le mois de janvier 2014 et le 29 mai 2015, des agissements répétés de harcèlement moral à l’encontre de Monsieur Yannick Sansonetti (…) ayant eu pour effet une dégradation de ses conditions de travail, de compromettre son avenir professionnel et d’altérer sa santé mentale. » Un salarié avait assuré, quelques jours après le suicide : « Yannick disait qu’il faisait le boulot de cinq personnes ».

 

 

Hier, Nicolas Sansonetti rappelait : « L’avocat de Lidl n’a pas fourni le rapport du CHSCT au juge du Tass, qui en a fait la remarque lors de l’audience. Mais il est versé au dossier pénal. » Un nouveau procès dont la date n’est pas encore fixée.

 

« On ne va pas dire que je suis heureux, confie de son côté Christophe Polichetti, secrétaire général CGT du site de Rousset. Monnayer la mort d’un homme, c’est un peu glauque, mais il faut en passer par là. Le résultat du Tass est une première étape importante, cela va donner la base pour le pénal. Et puis, cela conforte tout ce qu’on a subi et continue de subir. En septembre, une collègue ayant 23 ans de boîte a tenté de se suicider, elle est toujours en arrêt maladie. Et, en février, un chef d’entrepôt a été licencié, il a passé deux mois en psychiatrie. »

Les conditions de travail chez Lidl, jugées plus que déplorables, ont fait l’objet d’une longue séquence dans l’émission Cash investigation d’Élise Lucet de septembre 2017, sur France 2. Hier en fin d’après-midi, la direction régionale de Lidl n’était pas en mesure de nous répondre.

 

https://www.laprovence.com/article/societe/5051821/suicide-la-faute-inexcusable-de-lidl.html

 

****************************

Actualité entreprise : créer et gérer son entreprise - L'Express L'Entreprise

https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/management/suicide-chez-lidl-l-enseigne-reconnue-responsable_2022150.html

Un technicien de maintenance s’est pendu sur son lieu de travail. Pour la justice, le groupe a commis une faute inexcusable.

Il y a deux ans, Yannick Sansonetti, responsable technique d’un entrepôt Lidl à Rousset (Bouches-du-Rhône), s’est pendu sur son lieu de travail. Le magazine Cash Investigation s’était fait le relais de cette histoire tragique, mettant en lumière des pratiques managériales « inhumaines », faites de pressions et d’objectifs inatteignables. La Sécurité Sociale a reconnu le suicide comme « accident du travail » mais les ayants-droits du disparu ont porté l’affaire devant le tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Marseille, pour demander que soit admise la faute inexcusable de l’employeur, Lidl. Il a rendu son jugement ce mercredi 4 juillet: l’enseigne de distribution a bien commis une « faute inexcusable ».  

Des missions surdimensionnées

En droit social, cette notion engage la responsabilité de l’employeur, ouvrant la voie à une majoration de la rente et éventuellement à des dommages et intérêts pour préjudice moral. Pour être retenue, elle doit être invoquée par des salariés qui estiment que leur maladie professionnelle ou leur accident du travail (l’un ou l’autre reconnus comme tels par la Sécurité sociale) découle d’un manquement de leur employeur à son obligation de sécurité.  

 

Pour rendre leur décision, les magistrats phocéens ont pu s’appuyer sur le rapport de l’inspection du travail, qui, après un an et demi d’investigation, a notamment conclu à l’existence d’un harcèlement moral de la part du supérieur hiérarchique du disparu, et à une charge de travail démesurée. Yannick Sansonetti s’était plaint à de nombreuses reprises de son incapacité à remplir ses missions, jugées surdimensionnées. Il devait notamment gérer seul l’entrepôt quand, sur d’autres sites, cette tâche était répartie entre deux ou trois collaborateurs.  

Les proches ont porté plainte

 

« Le verdict est sans appel, commente Christophe Polichetti, secrétaire général de la CGT Lidl PACA. C’est un bon point de gagné pour la procédure pénale qui est en cours en parallèle. » Les proches du défunt employé ont en effet porté plainte et une enquête s’est ouverte, au lendemain de la diffusion du reportage de France 2. Parmi les chefs d’accusation : harcèlement moral et homicide involontaire. 

« Devant le Tass, la seule défense de Lidl a consisté à m’attaquer personnellement en disant que je me servais des médias pour faire le procès du groupe », constate pour sa part Nicolas Sansonetti, le frère de la victime. Combatif, il s’est en effet engagé auprès du leader France Insoumise Jean-François Ruffin, pour une loi visant à reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle. Un texte qui n’a pas rencontré de succès à l’Assemblée, mais dont la presse s’est fait l’écho

 

 

Depuis le suicide de Yannick Sansonetti, Lidl a mis en place des groupes de paroles – les journées « Entre Nous » -, prônant l’écoute et la communication. Un dispositif dont le syndicaliste Christophe Polichetti conteste l’efficacité. « Sur place, la même souffrance perdure, assure-t-il. Depuis le drame, une secrétaire a voulu se jeter du toit. En burn-out, elle a été hospitalisée. » 

 

 

Trois débats d’actu sur TML

 

 

 

https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2016/10/c3a9ventail.jpg?w=940

Trois débats

sur TML :

 

 

 

 

En marge de l’article

Comment la Chine pourrait bientôt rafler la mise au casino mondial… !

 

>>>Un débat avec M. Hum sur la possibilité de construire une économie de transition, avec une politique monétaire adaptée.

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/comment-la-chine-pourrait-bientot-rafler-la-mise-au-casino-mondial/

 

 

 

Également sur le thème de la transition, en marge de la querelle « familiale » des Schiappa père et fille…

Émancipation Ouvrière : faut-il se libérer ou non de l’économie de marché?

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/22/emancipation-ouvriere-faut-il-se-liberer-ou-non-de-leconomie-de-marche/

 

 

 

En réponse à un article de M. Bibeau sur un prétendu « déclin » de l’impérialisme US…

De la fin de l’Empire à la libération prolétarienne…

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/de-la-fin-de-lempire-a-la-liberation-proletarienne/

 

 

 

 

https://i1.wp.com/www.les7duquebec.com/wp-content/uploads/2018/06/effondrement-etats-unis-800x445.jpg?zoom=2

Syrie : Offensive au Sud, En avant vers la libération totale!

 

 

https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/07/armee_syrienne_offensive-1728x800_c.jpg

Syrie ,

nouvelle offensive

anti-impérialiste dans le Sud :

En avant

vers la libération totale !

 

 

 

L’armée syrienne a lancé mardi une offensive contre les rebelles dans la ville de Deraa après une semaine de bombardements meurtriers sur des régions proches dans le sud du pays en guerre, qui ont provoqué un exode massif.

Après avoir repris en avril le dernier bastion rebelle près de Damas et chassé les jihadistes de la capitale, le régime de Bachar al-Assad, fort du soutien de l’allié russe, est déterminé à reprendre les zones rebelles du sud, une région bordant la frontière avec la Jordanie et le plateau du Golan, en partie occupé par Israël.

Depuis une semaine, les combats et les frappes se sont concentrés dans l’est de la province de Deraa, dont la ville éponyme est le chef-lieu, poussant quelque 45.000 civils à prendre la fuite selon l’ONU.

Les violences ont rapidement atteint la ville même de Deraa, divisée entre un secteur gouvernemental et des quartiers tenus par les rebelles.

Des colonnes de fumée se sont élevées au dessus de plusieurs quartiers, cible d’intenses raids aériens et de tirs d’artillerie, selon un correspondant de l’AFP présent aux abords de la ville.

« L’armée syrienne mène des frappes ciblées contre les repères et fortifications des terroristes dans Deraa », a rapporté la télévision étatique.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a fait état de frappes menées par les aviations syrienne et russe contre « les quartiers rebelles », qui sont aussi selon l’ONG la cible de barils d’explosifs largués par des hélicoptères du régime.

« Les forces du régime ont tiré 15 missiles sol-sol sur la ville de Deraa et les raids syriens et russes continuent en soirée », a ajouté l’ONG.

https://i1.wp.com/img.over-blog-kiwi.com/0/78/07/19/20180616/ob_d820ee_armee-syrienne-c-sputnik-mikhail-vo.jpg

Morceler le fief rebelle –

Des combats au sol opposent les belligérants dans le sud-est de la ville, selon l’OSDH qui a confirmé une « première opération militaire terrestre du régime dans la ville de Deraa ».

« Le régime cherche à prendre le contrôle d’une base militaire dans le sud de la ville, qui permet de couper la route entre Deraa et la frontière jordanienne, mais aussi morceler davantage les territoires rebelles », a précisé Rami Abdel Rahmane, le chef de l’OSDH. Les combats se poursuivent autour de cette base.

Le pouvoir a souvent eu recours à cette stratégie contre des bastions rebelles, cherchant à les isoler pour les affaiblir et empêcher l’arrivée des renforts.

Avant l’aube, les prorégime ont conquis deux localités, une avancée qui leur a permis de couper en deux les secteurs rebelles dans l’est de la province.

https://i2.wp.com/cds.k6x4i3h4.hwcdn.net/photo/20170619/5db4634d-75a5-47fa-b929-f90109ba71bb.jpg

Toujours dans l’est de la province, les forces loyalistes ont progressé jusqu’aux abords de la ville de Hirak, cible de dizaines de raids et barils d’explosifs ayant provoqué « des destructions inégalables », a dit Khalil al-Hariri, un habitant.

Dans l’ouest de la province, six civils ont été tués dans les bombardements meurtriers, selon l’OSDH.

Au total, 38 civils ont péri en une semaine de violences, d’après l’ONG. Un secouriste des Casques blancs a été tué, a annoncé le groupe sur Twitter.

Les groupes rebelles contrôlent 70% de la province de Deraa et celle voisine de Qouneitra, tandis que le régime domine la région de Soueida, la troisième de ces régions qui composent le sud syrien.

Mais le régime, qui enchaîne les victoires et contrôle désormais 65% du territoire grâce au soutien indéfectible de son allié russe, est déterminé à reprendre l’ensemble du pays.

 

https://cdnfr2.img.sputniknews.com/images/102371/79/1023717911.jpg

Les civils menacés –

L’ONU a averti que 750.000 civils vivant dans les zones rebelles du sud syrien étaient menacés par les opérations du régime et annoncé que des aides seraient envoyées à Deraa une fois que le feu vert des autorités syriennes aura été donné.

« Ces derniers jours, un très grand nombre de civils ont fui à cause des hostilités, des bombardements et des combats dans cette région », a indiqué à l’AFP Linda Tom, porte-parole en Syrie du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU.

« Nous n’avions pas vu jusque-là un déplacement massif de cette ampleur à Deraa », a-t-elle souligné en faisant état de la fuite de 45.000 habitants, dont la majorité se dirige près de la frontière avec la Jordanie.

Mardi, les autorités jordaniennes ont réaffirmé que le pays n’était pas en mesure d’accueillir une nouvelle vague de réfugiés et que la frontière avec la Syrie resterait fermée.

La guerre en Syrie a fait plus de 350.000 morts et jeté à la rue des millions de personnes depuis mars 2011.

https://www.afp.com/fr/infos/335/offensive-du-regime-syrien-contre-la-ville-de-deraa-exode-des-civils-doc-16n1sf3

https://i2.wp.com/cds.k6x4i3h4.hwcdn.net/photo/20180411/9078a883-7b93-4c8e-a440-54ea258fc4f9.jpg

https://i0.wp.com/uueduudised.ee/wp-content/uploads/2016/03/S%C3%BC%C3%BCrlased-Palmyras.jpg

https://i2.wp.com/217.218.67.233//photo/20171210/eb178bea-b858-46dd-b6f4-f3b08d99c548.jpg

https://mirastnewscom.files.wordpress.com/2017/08/armc3a9e-syrienne.jpg?w=940

 

 

 

https://www.afp.com/sites/default/files/nfs/diff-intra/francais/journal/une/9b7d6a16b1d293a21b1be4d4f8959056c901f6b0.jpg

 

 

Lutte des Schiappa, ou lutte des classes ?

ARTICLE REMIS A JOUR LE 19/06/2018 A 0H 30

 

Un article repris du blog

 

TML

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/16/lutte-des-schiappa-ou-lutte-des-classes/

 

 

 

Marlène Schiappa, le 16 mai.

 

 

Lutte des Schiappa

ou lutte des classes ?

 

 

« Un vrai travail, un vrai salaire » ???

 

Le « projet » du gouvernement Macron ?

 

Et si on le prenait à la lettre ?

 

Un « projet » pour la communication, et qu’il est bien évidemment incapable de réaliser, et surtout au sens prétendu de lutter contre la pauvreté!

 

__« Un vrai salaire », même au sens capitaliste du terme, cela signifie qu’un emploi par famille, couple avec enfants en bas âge et/ou en période scolaire, permet à cette famille de vivre décemment selon les critères sociaux de l’époque, permettant à la génération suivante de continuer dans des conditions au moins équivalentes.

Or ce n’est déjà plus le cas pour de nombreuses familles qui ne peuvent survivre, et souvent difficilement, sans l’apport d’au moins deux salaires…

La prétendue « égalité des sexes », tant prônée par Schiappa fille, c’est, actuellement, et même « à salaires égaux », une division par deux du niveau de vie du prolétariat en France, et non aucunement, un « progrès social ».

Tout son langage « communicant » sur le sujet n’est qu’une caution « décalée », « anticonformiste », en apparence, des reculs sociaux rendus inévitables par la crise systémique du capitalisme.

Sur ce seul point, c’est déjà ce qu’un marxiste a à dire…

 

__« Un vrai travail », cela veut dire une activité professionnelle réellement utile à la communauté, que ce soit en matière de production ou de services. Cela signifie que production et services sont organisés pour répondre aux besoins sociaux réels, et d’abord à ceux des travailleurs eux-mêmes et ceux de leurs familles.

L’utilité sociale est le critère d’un « vrai travail », et non le profit financier.

Sans profit financier, pas de salaire ?

Si production et services peuvent être organisés pour répondre à l’ensemble des besoins sociaux, la question réelle est donc bien celle de l’organisation des services et de la répartition, et non celle du profit financier.

Un équilibre entre production et besoins se passe précisément de profits au sens financier du terme.

La seule accumulation nécessaire est celle qui est suffisante pour le renouvellement et le développement, et qui n’a rien à voir avec l’accumulation du profit capitaliste. ( 1 )

C’est, là encore, ce qu’un marxiste a à dire, à propos d’un « vrai travail », objectif évidemment incompatible, donc, avec le capitalisme…

Alors que enfoncer une porte ouverte sur la signification « collective » de la phrase « de Marx ou pas tout à fait »,  selon Schiappa père, c’est se payer de mots et donner, à bon compte, une prétendue « leçon de marxisme » !

__« L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes », cela signifie, au delà de l’aspect évidemment collectif de leur organisation, que la transition pour sortir du capitalisme se fait précisément sur la base d’un échange d’équivalents entre travailleurs, en matière de produits et de services, en tenant compte des besoins collectifs de la société. C’est effectivement le sens d’un « vrai travail », émancipateur, et non pas exploité.

C’est le sens politiquement utile de cette phrase qu’un marxiste doit rappeler, et non pas simplement l’aspect collectif de l’action politique, qui est évidemment commun à tous les partis politiques, fussent-ils ultra-réactionnaires, et même sociaux-fascistes… !

Mais en fait de « marxiste », on a affaire ici, avec Schiappa père, à un trotskyste, dans la variété « lambertiste », et qui a en commun avec les autres d’être une forme à peine déguisée de réformisme. Son programme ( 2 ) a toutes les caractéristiques d’une sociale-démocratie « gauchisante » en termes de langage, et sociale-chauvine dans ses objectifs clairement exposés, avec, bien évidemment, l’habituelle et caricaturale ( 3 ) formule prétendument «marxiste » sur la « socialisation des moyens de production et d’échange », qui, dans la logique réformiste du « programme de transition » de Trotsky ( 4 ), se résume à leur « nationalisation » dans le cadre d’un capitalisme monopoliste d’État relooké, en réalité, en « socialisme de marché » ( 5 ), avec de nouvelles formes de collaboration de classe, pompeusement baptisées « contrôle ouvrier » !

Conclusion, entre un père « lambertiste » et sa fille « macroniste » il y a, à plusieurs titres, « match nul » ! Néanmoins, un tel « match » est révélateur de la dégénérescence de la classe politique française et de sa complaisance pour la régression sociale et culturelle voulue et orchestrée par le système, pour tenter de survivre à sa propre crise interne.

Luniterre

(    1    https://tribunemlreypa.wordpress.com/marx-marxisme-critique-du-programme-de-gotha-glose-marginale-1-les-fondament aux-economiques-de-la-transition-socialiste-proletarienne/   )

        https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017-pour-sortir-de-limpasse-la-revolution-du-retour-au-reel/   )

(    2   POID-manifeste lambertiste   )

(    3    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/29/un-demi-siecle-apres-mai-68-en-finir-avec-la-gauche-kollaborationniste/ 

« Le « gauchiste » moyen débat des éventuelles formes que pourrait prendre le pouvoir ouvrier, localement ou à l’échelle nationale, et même internationale, de ses formes plus ou moins démocratiques, conseil, syndicat ou autre, il discute doctement de savoir si elles correspondent ou non à la conception marxiste de la dictature du prolétariat, et même de savoir s’il faut conserver ou rejeter cette conception, mais il oublie que l’essentiel est dans le contenu social et économique du programme et non dans les formes.« Le « gauchiste » moyen débat des éventuelles formes que pourrait prendre le pouvoir ouvrier, localement ou à l’échelle nationale, et même internationale, de ses formes plus ou moins démocratiques, conseil, syndicat ou autre, il discute doctement de savoir si elles correspondent ou non à la conception marxiste de la dictature du prolétariat, et même de savoir s’il faut conserver ou rejeter cette conception, mais il oublie que l’essentiel est dans le contenu social et économique du programme et non dans les formes.

Au mieux il a sa liste de « mesures » d’un réformisme plus ou moins démagogique ou « radical », genre « répartition des richesses » (… du capital), à la fin desquelles il glisse comme certificat final de « marxisme » une ou deux lignes sur la « socialisation des moyens de production », mais la finalité sociale de l’ensemble du processus de production n’y est jamais autrement définie ni remise en question. »   )

(    4    Trotsky – programme de transition  )

(    5     https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/12/04/le-bloc-et-la-faille/

http://www.lcr-lagauche.be/cm/index.php?view=article&id=879:sur-les-conceptions-economiques-de-leon-trotsky&option=com_content&Itemid=53 )

 

POUR MÉMOIRE, COPIES DES MESSAGES CITÉS :

 

EXTRAIT D’UN DÉBAT EN COURS SUR LE SITE VLR :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article1812#forum1104

NB : Le papa de Marlène ( Une des nombreuses Nadine M de Macron ) est trotskyste ( Lambertiste ) et ex délégué FO // Il a publié un texte court pour recadrer et morigéner sa greluche arriviste de fille / Ce « post » ou « tweet » ou « hashtag » a été publié sur le site « tendance claire du NPA »…

Effectivement nous devons exiger la création immédiate de 6,5 millions d’emplois et un alignement immédiat des salaires français sur les salaires suisses ( salaire médian en France = 2200 euros / en Suisse 6 400 CHF = 5600 euros ) et alignement immédiat des droits sociaux en France sur ceux du Danemark , ou mieux encore de la Libye époque MK !!!

En fait c’est fastoche : créer 12500 sovkhozes dans les 12500 plus petits villages + 1000 en Guyane + 110 à Miquelon / créer 5 villes de 100 000 habitants + 100 villages de 4000 en Guyane – Déplacer la capitale à Pézenas-Agde et trouver une méthodologie efficace pour que les 4 millions de franciliens qui rêvent de quitter cette région puissent le faire – Ajouter 200 000 habitants dans la Creuse et ce qu’il faut dans tous les départements à démographie calamiteuse – Délocaliser les JO dans la vallée de la Charente – Participer à fond à la grande muraille verte d’Afrique-forêt de Lilengo et y installer des réacteurs steinfeld, des « torre atnosferica » et quelques villes nouvelles …

Alors va-y Macron ! Montre nous que tu es la réincarnation de Saint Simon et que Julliard ne délire pas !

Répondre à ce message

  • Lutte des Schiappa, ou lutte des classes ? 17 juin 20:56, par Luniterre PRÉCISION UTILE : « Tendance claire » n’a fait que republier dans ses « brèves » un article du « Monde » résumant cette polémique familiale. Les « brèves » de « Tendance claire » ne sont en rien l’expression de sa ligne mais une sorte de compilation éclectique sur les sujets d’actu. Parfois on y retrouve même des articles venant de TML ou des blogs en lien direct avec…Suivant son historique assez précis sur Wikipédia, JM Schiappa est bien un authentique « lambertiste », dans la mouvance de D. Gluckstein, et donc actuellement du POID. Sur le fond, le POID revendique et reprend à l’identique le manifeste du POI… (voir en PJ)Le différend POID/POI semblait donc uniquement porter sur des problèmes de fonctionnement interne entre les deux tendances, également sociales-chauvines dans leur souci de défendre et d’opposer la « République Française » aux institutions européennes, comme revendication préalable, tout à fait à l’instar du PRCF, par exemple.

    Mais même sans ce travers opportuniste assez caricatural, le « programme de transition » de Trotsky est bien la recherche d’une étape intermédiaire où un prétendu « contrôle ouvrier » s’exercerait au sein du système, mais sans en finir avec lui… Une situation de collaboration de classe, même si relativement conflictuelle…

    Alors que par définition une véritable économie de transition est néanmoins une économie de rupture avec le capitalisme et l’économie de marché, et doit utiliser la notion de valeur-travail pour une répartition équilibrée des taches et de la production, en fonction des besoins.

    C’est ce que Marx explique clairement dans la Critique du Programme de Gotha, et ce que Trotsky escamote assez habilement dans ses textes, remettant au premier plan la loi du marché pour régler la production, notamment dans sa critique de l’URSS.

    C’est pourquoi la tendance « Pabliste », fondée par Raptis, présent aux côtés de Trotsky lors de la fondation de la IVe Internationale, serait en réalité la plus « orthodoxe » d’un point de vue historique trotskyste, en revendiquant en quelque sorte la paternité du « socialisme de marché » !

    Mais le réformisme « lambertiste » n’est pas forcément loin derrière !

    Rien à voir, de toutes façons, ni avec Marx ni avec Lénine, sauf, tant qu’à faire, à considérer un Attali comme « marxiste » et un Xi Jinping comme « léniniste »…

    Luniterre

    Répondre à ce message

    • Lutte des Schiappa, ou lutte des classes ? 18 juin 04:17 Je n’interprète pas le « programme de transition » comme un programme destiné à être appliqué mais comme un outil pour mobiliser les masses sur un ensemble de revendications légitimes , compréhensibles immédiatement malgré l’aliénation et les traditions réformistes – Ce programme doit être totalement inacceptable pour la classe dominante qui , ne cédant strictement rien, déclenche une répression exagérée et une riposte révolutionnaire des masses … Ce qui « transite » c’est donc la conscience des masses qui va du syndicalisme défensif et réformiste à une politisation révolutionnaire … Je crois que le vieux Léon a élaboré ce truc à partir de la théorie du renversement de la praxis – Maintenant il se peut que les lambertrucs ou les pablomachins soient abrutis au point de penser que c’est un programme à réaliser !Répondre à ce message

DERNIÈRE RÉPONSE PROPOSÉE:

Luniterre:

Considéré ainsi, du point de vue du renversement de la praxis, il faudrait donc plutôt accorder le point « marxiste » à Schiappa fille, précisément en relevant le défi du mot d’ordre :

« Un vrai salaire, un vrai travail »

Même si le premier aspect reste « capitalisme compatible », dans le principe, il ne l’est déjà plus, en temps de crise actuelle !

« Un vrai travail » ouvre encore davantage la brèche, si les rares marxistes idéologiquement « survivants » arrivent à lui donner son sens par leur agit-prop programmatique, avec pour but d’ouvrir ce débat basique au sein de la classe prolétarienne.

Ce « renversement », c’est tout simplement ce que ce court article propose, ni plus, ni moins !

Concernant Trotsky et son prétendu « programme de transition », c’est aussi la fonction pédagogique qu’avance le camarade Viriato, pour sa défense, en post sur TML.

Cette fonction « éducative » est effectivement évoquée par Trotsky lui-même, du reste, dans ce texte.

Le problème est que cette fonction est liée à des pratiques qui sont précisément de l’ordre de la collaboration de classe, fut-elle relativement conflictuelle.

Toutes les pratiques de « cogestion », type « contrôle ouvrier », en système capitaliste, sont très facilement récupérable, par définition, par le système. C’est ce que l’on a vu depuis l’origine des syndicats, comités d’entreprises, coopératives, entreprises « autogérées », etc…

Ces formes ne représentent en rien une transition entre capitalisme et communisme, dans la mesure où elles restent immergées dans des rapports économiques de marché.

La question est de savoir, en ce qui concerne le trotskysme, si cela correspondait à un choix délibéré de la part de Trotsky, ou simplement à une suite de formules approximatives de sa part…

Le seul trotskyste (et de plus, un leader historique de cette mouvance) a avoir tenté une approche synthétique de la pensée économique de Trotsky est précisément Michel Raptis {(lien lcr-be en PJ)}, dit « Pablo » et fondateur du courant éponyme, aujourd’hui quasiment disparu et voué aux gémonies « révisionnistes » par les autres courants trotskystes…

Or il ressort clairement de cette synthèse que Trotsky considérait la phase de transition comme un « socialisme de marché ».

Et donc son « programme de transition » n’est pas qu’un « instrument pédagogique », mais bien un objectif politique à réaliser, semble-t-il, dans le contexte de son époque.

Aujourd’hui, les mots d’ordres type « contrôle ouvrier » sont constamment repris par les différentes sectes trotskystes, comme héritage revendiqué de ce « programme ». C’est sous ce rapport que l’on peut effectivement les caractériser comme telles. Le « lambertisme » va même plus loin en se réclamant carrément de la démocratie parlementaire « républicaine », tout à fait à la manière d’un Mélenchon, avec lequel il s’allie bien volontiers, du reste !

En ce qui concerne le rôle « régulateur » du marché, tout à fait à l’instar des libéraux pur jus, Trotsky l’avait en quelque sorte théorisé lui-même, à la fin de sa vie, dans son ouvrage sur le marxisme, à vocation précisément didactique :

« En acceptant ou en rejetant les marchan­dises, le marché, arène de l’échange, décide si elles contiennent ou ne contiennent pas de travail socialement nécessaire, détermine ainsi les quantités des différentes espèces de marchandises nécessaires à la société, et, par conséquent, aussi la distribution de la force de travail entre les différentes branches de la production. »

In « Le Marxisme et notre époque », Trotsky, 1939

https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1939/04/lt19390418b.htm

Si le trotskysme est bien un « renversement », c’est, d’abord, celui des fondamentaux du marxisme !

Luniterre

IL FAUT CHOISIR !

OU…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AQUARIUS : La vraie faute de Macron

 

 

 

 

https://i1.wp.com/plus.lesoir.be/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2018/06/11/node_162061/21840654/public/2018/06/11/B9715997223Z.1_20180611210441_000+GKLBFDBKA.2-0.jpg

AQUARIUS :

 

La véritable honte française,

 

c’est l’impérialisme français

et ses guerres

qui ravagent l’Afrique et le Moyen-Orient !

 

 

Accueillir pour « réparer les dégâts »

 

n’est qu’un palliatif

qui cache cette véritable cause

de la misère humaine.

https://www.alternatives-economiques.fr/sites/default/files/public/styles/169-xlarge/public/field/image/rea_240023_019.jpg?itok=x_bHW1tJ

Macron se fait simplement le continuateur

des assassins de Kadhafi,

de l’agression conte la Syrie, le Yémen, etc…

Un pourvoyeur de mort

qui aujourd’hui prétend donner

des leçons d’ « Humanisme » !

Les États et les chefs d’États responsables des guerres

sont les véritables responsables et coupables

des drames et noyades en Méditerranée,

tout comme ils sont les vrais responsables

du retour de l’esclavage en Libye,

suite à leur intervention criminelle de 2011.

Macron est à ranger

dans les coupables,

et non dans les sauveurs!

A relire:

https://en.numista.com/catalogue/photos/etats-unis/g779.jpg

Capitalisme et Impérialisme

sont les deux faces

d’une même pièce !

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/03/03/capitalisme-et-imperialisme-sont-les-deux-faces-dune-meme-piece/

 

Pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah – Manif à Paris le 23 Juin !

 

 

https://solydairinfo.files.wordpress.com/2018/06/01138-a2.jpg?w=758&h=252

Georges Ibrahim Abdallah : 

Manif pour sa libération

le 23 juin 2018

à 15h00, à Paris,

place des Fêtes (19e)

 

L’Association des Palestiniens en Ile de France se joint à l’appel pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

Il y a plus d’un an, le ministre de la justice prenait Georges Abdallah en exemple pour l’existence d’une peine à vie qui officiellement n’existe pas.

Rappelons que ce prisonnier politique arabe est incarcéré en France depuis 1984 pour complicité dans des actes de résistance à l’invasion de son pays, le Liban, par les troupes armées israéliennes. Il est libérable depuis 1999 mais il est toujours maintenu en prison sur injonction du gouvernement étasunien, et ce malgré deux libérations prononcées par le tribunal d’application des peines. Georges Ibrahim Abdallah a entamé le 24 octobre dans la prison de Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées une 34e année de détention. Il est le plus ancien détenu politique d’Europe.

La campagne pour sa libération se développe de plus en plus sur le plan national et au niveau international et nombreuses sont aujourd’hui les voix qui s’élèvent pour que cesse sa détention arbitraire.

Nous, Campagne Unitaire pour la Libération de Georges Abdallah, appelons à multiplier les initiatives pour faire de 2018 une année décisive de luttes pour sa libération.

Dans ce but aura lieu à Paris une manifestation nationale où seront présents de nombreux comités de soutien venus de toute la France et de plusieurs autres pays (Allemagne, Belgique, Suisse, Italie…).

La lutte pour la libération de Georges Abdallah s’inscrit pleinement dans le combat plus large de la défense de toutes et tous les prisonniers politiques révolutionnaires du monde. C’est dans ce cadre que doit s’affirmer notre solidarité au combat de Georges Ibrahim Abdallah, un combat de toute une vie, contre l’impérialisme et contre le capitalisme.

C’est par l’élargissement de la portée de nos actions que nous parviendrons à contraindre l’État français à libérer ce combattant communiste pour la juste cause de la Palestine.

Samedi 23 juin 2018,


Manifestation nationale à PARIS


Pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah


Départ de la manifestation :

15h00 de la Place des Fêtes (Métro : Place des fêtes)

Georges Ibrahim Abdallah, Militant communiste libanais emprisonné en France depuis 1984. Membre à l’époque des Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises

Déclaration de Georges Abdallah à propos de la Nakba :

La Nakba de 48 n’est pas qu’une commémoration d’un moment tragique. Elle est toujours présente à travers ses blessures encore saignantes. Le peuple entier vit ces blessures au présent. La Nakba est partout et dans le coeur de tous.

La Nakba, c’est les camps de réfugiés, c’est les rues de la misère, les massacres, la terreur, les humiliations de tous moments.

La Nakba, on la retrouve chez les vieux et les moins vieux qui passent leur vie en attente du retour, serrant avec tendresse dans leurs poings les vieilles clés transmises de génération en génération jusqu’à nos jours.

La Nakba, c’est le crime qui se répète chaque jour devant le monde entier. Les impérialistes de tous bords y ont participé et continuent à cautionner d’une manière ou d’une autre la violation des droits et la destruction de tout un peuple.

La Nakba n’est pas qu’un moment du passé. Ce n’est pas une vieille douleur que l’on commémore par respect aux ancêtres. Elle est le vécu quotidien de tout un peuple.

La Nakba c’est aussi cette division criminelle entre Palestiniens et c’est aussi l’abandon des piliers de notre cause.

Elle est aussi le maintien des fedayin prisonniers depuis des décennies. Elle est la compromission au grand jour des gouvernants saoudiens avec leurs consorts des protectorats du Golfe, ainsi que les diverses « trouvailles » de la réaction arabe qui travaille pour la normalisation avec l’entité sioniste honnie, sans qu’il y ait la moindre dissuasion effective des masses populaires silencieuses devant ces trahisons.

Cependant personne n’ignore que des entrailles de cette Nakba naissent et renaissent au quotidien et de manière permanente de longs cortèges de fedayin et des fils de l’intifada.

La Nakba est partout en Palestine. Elle est la Palestine de tous les jours…

http://mai68.org/spip2/spip.php?article1791

https://assawra.blogspot.com/2018/06/lassociation-de-palestiniens-en-ile-de.html

 

 

VOIR AUSSI:

« Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël…

LA PÉTITION CONTINUE…

Cette inauguration aura lieu dans un contexte où le droit international dans les territoires palestiniens n’a jamais été aussi bafoué. L’extension des colonies se poursuit et l’ambassade des Etats-Unis a été transférée à Jérusalem. Que la « saison France-Israël 2018 » se déroule dans ces conditions est en soi inopportun, tant il est évident que cet événement participe d’une stratégie visant à redorer le blason d’un État dont la nature annexionniste n’est plus un secret pour personne.

Mais aujourd’hui, il serait inadmissible que cette « saison France-Israël » soit maintenue en dépit du dernier massacre de Gaza.(…)

LE TEXTE COMPLET ET LE LIEN VERS LA PÉTITION:

 

Une saison « France-Israël »? Bas les masques « culturels » du crime sioniste! (Pétition)

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/05/21/une-saison-france-israel-bas-les-masques-culturels-du-crime-sioniste-petition/

 

 

Pour signer en ligne :

 

 

http://annulationfranceisrael.wesign.it/fr

.

.

.

Le message secret de Selena Gomez !

 

 

 

Un article repris du blog

 

TML

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/05/le-message-secret-de-selena-gomez/

 

 

 

 

https://i.ytimg.com/vi/DfdXW1kqTOg/hqdefault.jpg?sqp=-oaymwEWCMQBEG5IWvKriqkDCQgBFQAAiEIYAQ==&rs=AOn4CLDYHRDbQ0U5MHiw03daxm0tE-t-GA

 

 

Plus une page web est bourrée de conneries,

plus elle a de chance d’être lue. . .

 

 

«  Plus une page web est bourrée de conneries, plus elle a de chance d’être lue  !  »… C’est certainement cet adage, version moderne du «  plus c’est gros et mieux ça passe  » (*), qui doit actuellement guider tous les responsables des officines de com et de publicité. Néanmoins, officiellement, cela n’a pas forme de loi, qui serait celle du règne de la bêtise juridiquement établi, et cela ne devrait pas empêcher la libre circulation de l’info entre particuliers, notamment par voie de mail. Or les mails de TML sont régulièrement «  bloqués  » formellement pour un tas de raisons supposées «  techniques  » et en fait totalement incompréhensibles… La «  grosseur  » du message ne se mesure finalement donc pas du tout en «  kilooctets  » mais bien en contenu, le ko de bêtise pure étant de très loin plus facile à faire circuler que le ko d’info un tant soit peu décapante… C’est ce que nous avons expérimenté en faisant circuler de l’  «  info  » de plus en plus lourde, à la fois en ko et au sens de la plus grande lourdeur mentale… Une page web complète, avec toutes ses multiples pubs incluses, ayant pour thème l’activité promotionnelle pour de nouvelles chaussures, d’une Selena Gomez, activité supposée «  consolante  », suite à sa rupture «  douloureuse  » avec un certain Justin Bieber, «  passe  » donc «  comme une lettre à la poste  », et littéralement, pour ce qui concerne cette messagerie, entre autres… («  laposte  », qui, sur ce coup là, n’est donc «  point nette  », par conséquent…). Alors qu’un message de TML, même très «  allégé  » en texte, liens, images, se trouve bloqué avec un poids en ko infiniment plus petit…

Nous avons donc tenté l’expérience de glisser ce même message au milieu de cette page web, en espérant que l’  «  info  » lourde en ko de Selena le «  dissimulerait  », en quelque sorte, à l’attention des machines programmée pour le job de la censure, en réalité… Bingo  ! Le tout, encore plus lourd en ko que l’orignal «  sélénien  », continue de circuler sans problèmes…  !

Évidemment, le «  mélange  » prend donc une tournure assez surréaliste, mais tant qu’à faire, nous l’avons quelque peu «  reformaté  », dans cet esprit iconoclaste, tout en lui conservant ses capacités «  circulatoires  » dans les tuyaux du net… Voici le résultat  :

(*  « Plus le mensonge est gros, plus il passe. » Goebbels )

.

.

.

 « Selena Gomez : L’égérie de Puma craquante pour faire du sport

[NDLR: c’est le titre original de l’article…]

Selena Gomez, égérie de la basket « DEFY » de PUMA.    Mai 2018.

L’été approchant à grands pas, Selena Gomez pousse ses fans à prendre de bonnes résolutions : la pratique du sport ! Elle montre la voie en lançant de nouvelles baskets pour Puma. Elle a même rencontré de chanceux admirateurs venus découvrir une installation éphémère…

[NDLR: Sur le thème du « défi », le cadre symbolique de cette opération est donc une « DEFY CITY » imaginaire où pourraient s’exprimer l' »audace » de la vedette et de ses fans… Naturellement, c’est donc l’occasion pour nous d’en rajouter un peu, notamment avec quelques retouches au décor…!]

Avec 138 millions d’abonnés, Selena Gomez est la célébrité la plus suivie d’Instagram ! Elle incite ses admirateurs à se mettre au sport (ou à continuer) avec les images d’une nouvelle campagne publicitaire. Craquante en tenue de fitness, l’égérie de Puma embrase les réseaux sociaux…

Selena porte ses chaussures avant le collant « Punch » sur une série de clichés, partagés par @Puma sur Instagram.

A voir aussi:

Jessica Alba prétend ne jamais faire de sport : "Je dois ma ligne au stress"

Jessica Alba prétend ne jamais faire de sport : « Je dois ma ligne au stress »

Selena Gomez est devenue ambassadrice de Puma en septembre 2017, un rôle qu’elle retrouve en figurant sur la nouvelle campagne de l’équipementier allemand. L’actrice, chanteuse et productrice de série de 25 ans prête son visage à la basket DEFY, disponible ce jeudi 31 mai.

  [NDLR: au coeur de DEFY CITY, la suite des aventures de Selena…]

Selena Gomez, elle oublie Justin Bieber avec ses nouvelle copines de Spring Breakers

Selena Gomez en cavale dans les rues de Paris !

Cours, Selena!! Le vieux monde est derrière toi!

Il a peut-être la tête d’Harvey Weinstein, ou bien celle de Netanyahu, autre tireur d’Elite…

****************************

[ NDLR : Nouveaux bombardements, blocus, c’est le crime sioniste permanent à Gaza et partout en Palestine! Notre résistance aussi doit être permanente, et notamment en vue de la « saison France-Israël »! Le premier geste est de soutenir la pétition  » Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël » >>> http://annulationfranceisrael.wesign.it/fr

La pétition rassemble désormais plus de 17 000 signatures!!

Voir aussi:

Gaza, infirmière assassinée : Pour ne pas oublier Razan, son courage, et celui de tout son peuple !

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/06/gaza-infirmiere-assassinee-pour-ne-pas-oublier-razan-son-courage-et-celui-de-tout-son-peuple/

 

Une saison « France-Israël »? Bas les masques « culturels » du crime sioniste!

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/05/21/une-saison-france-israel-bas-les-masques-culturels-du-crime-sioniste-petition/    ]

         

*************************************************

[NDLR:voici ce qui était le message original de TML, retardé à la fois par les blocages « techniques » et par l’urgence de l’actu à Gaza.]

 

2017-2018 …3 ANNIVERSAIRES…

 

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/octobre-1917-2017-centenaire-de-la-russie-sovietique-pour-les-proletaires-lhistoire-comme-drapeau/

 

 

… D’OCTOBRE  A  MAI,

 

 

… EN PASSANT PAR MARX !!

 

 

 

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/05/17/marx-200-ans-quelle-signification-de-son-detour-russe/

 

 

2017-2018, deux années chargées de commémorations symboliques importantes et significatives pour le mouvement ouvrier, ou du moins, ce qu’il en reste… après plusieurs décennies de réaction anti-sociale acharnée de la bourgeoisie, et aujourd’hui encore exacerbée davantage par l’impasse totale de la crise… Pour arracher les derniers lambeaux des concessions faites aux temps de son essor, il lui faut aussi effacer la mémoire des luttes, et sinon, la dénigrer, la criminaliser, pour tenter de justifier sa propre politique criminelle actuelle, manipulant le terrorisme, le sionisme et une cohorte de milices supplétives là où ça ne suffit pas, en plus de ses interventions militaires directes.

 

La question fondamentale de ces 3 dates, c’est celle d’une alternative au capitalisme, et désormais, plus que jamais, à l’impérialisme, pour la majorité des peuples et des nations, asservies par la finance US.

 

Ces 3 dates ont évidemment un dénominateur commun, la pensée et l’œuvre de Marx, comme base essentielle de réflexion sur l’origine et sur la nature oppressive de ce système capitaliste-impérialiste.

 

Ce sont donc à la fois 3 approches de l’histoire concrète et vivante et de la pensée de Marx, non pas figée dans les livres, mais en action sur deux siècles  !

 

Luniterre

 

 

 

Un demi-siècle après Mai 68 : En finir avec

la « gauche » Kollaborationniste

 

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/29/un-demi-siecle-apres-mai-68-en-finir-avec-la-gauche-kollaborationniste/

 

 

 

 

 

 

«  Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là  ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts.  »

 

Rothschild Brothers of London, citant John Sherman,

communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863

 

 

 

 

Un demi-siècle après Mai 68, la question d’une alternative reste pourtant posée, et plus que jamais, avec la crise systémique…

 

«  Ce que le socialisme prolétarien interroge, en réalité, ce n’est pas la forme, plus ou moins démocratique, ni du pouvoir d’État, ni même de la gestion des entreprises, mais la finalité sociale du travail lui-même. (…)

Ce que le socialisme interroge, en fin de compte, c’est la correspondance entre les valeurs d’usages crées par le travail et les besoins sociaux réels et urgents. Cette question, dans un premier temps, celui de la transition, non seulement n’exclut pas, mais implique la notion d’échange d’équivalents entre travailleurs producteurs, même si en tenant compte des besoins sociaux collectifs de l’ensemble de la population, y compris en dehors du secteur productif. Il y a donc là une notion collective d’utilisation de la valeur d’échange, et de la loi de la valeur, donc, telle que définie par Marx, au demeurant, dès les premières lignes du Capital, et telle que reprise dans sa non moins célèbre et controversée Critique du Programme de Gotha.

 

En dépit de ses litanies et rodomontades marxisantes, c’est donc l’ensemble du discours de la gauche française, même dite «  extrême  », anarcho-syndicaliste, trotskyste, maoïste, etc… qui se situe en dehors de toute critique réelle et sérieuse du capitalisme, et notamment en dehors de toute critique marxiste.  »

 

 

Un demi-siècle après Mai 68, il est plus que temps

d’en revenir aux fondamentaux pour ouvrir enfin

une perspective politique réellement nouvelle et anticapitaliste…

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/29/un-demi-siecle-apres-mai-68-en-finir-avec-la-gauche-kollaborationniste/

 

 

*************************************

******************

https://tribunemlreypa.wordpress.com       

 

*****************************

**************************************************

Selena Gomez : séance dédicace avec ses fans déchaînés

 

 

 » Contrairement à la collection « En Pointe » dont elle était aussi égérie, Selena Gomez pose ici avec des sneakers de running, beaucoup plus sportswear. Un modèle graphique et ultra moderne qui pourra s’accorder avec toutes vos tenues. L’ex de Justin Bieber a choisi de les porter avec une brassière et un legging, mais vous pouvez tout aussi bien les mettre avec un tee-shirt et un jean.

 

 

 

 

 

 

À moins d’un mois du début de l’été, Selena Gomez pousse ses fans à prendre de bonnes résolutions. La superstar montre la voie en bannissant la consommation d’alcool de sa vie, une décision motivée par sa récente greffe du rein et sa santé fragile.

 

[NDLR:Malgré ses airs de dinde déplumée, Selena a donc des messages à faire passer… Pour preuve cet extrait d’une autre page people, sur le même thème promotionnel…:]

« Des sneakers pour se donner du courage

« Défier c’est être courageux » a déclaré Selena Gomez dans un communiqué, comme l’a rapporté Teen Vogue, « c’est dépasser ses limites et n’obéir à aucune attente que la société a placé en vous ». Les Defy ont donc pour mission de vous aider à rester courageuse et vous-même en toutes circonstances

 

[NDLR: Du courage dans les baskets? L’antithèse du talon d’Achille, en quelque sorte! A ce propos on se rappellera que les résistants cachaient parfois les messages importants dans la semelle de leurs chaussures… En revisitant DEFY CITY, voici celui que nous avons trouvé…:]

 

 

[NDLR: Les baskets roses à semelles rouges, une nouvelle vision de la Révolution en marche, en quelque sorte…]

 

**********************************************

***********************

***********

SOURCES:

http://www.purepeople.com/article/selena-gomez-l-egerie-de-puma-craquante-pour-faire-du-sport_a288796/1

http://www.purebreak.com/news/selena-gomez-sportive-et-sexy-pour-puma-les-defy-a-shopper-des-la-fin-du-mois/152818

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/05/19/2017-2018-doctobre-a-mai-en-passant-par-marx-3-anniversaires-un-seul-combat/

Stoppons le crime sioniste! Annulation de la Kollaboration franco-israélienne!

 

 

https://scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/33606504_2092676647681954_2213217284946657280_n.jpg?_nc_cat=0&oh=df3a712d1c60c5ea92dac559e602ad42&oe=5B815AF7

 

 

 

 

Pour signer en ligne :

 

 

 

http://annulationfranceisrael.wesign.it/fr

 

 

 

« Monsieur le Président de la République, nous demandons l’annulation de la saison France-Israël.

Cette inauguration aura lieu dans un contexte où le droit international dans les territoires palestiniens n’a jamais été aussi bafoué. L’extension des colonies se poursuit et l’ambassade des Etats-Unis a été transférée à Jérusalem. Que la « saison France-Israël 2018 » se déroule dans ces conditions est en soi inopportun, tant il est évident que cet événement participe d’une stratégie visant à redorer le blason d’un État dont la nature annexionniste n’est plus un secret pour personne.

Mais aujourd’hui, il serait inadmissible que cette « saison France-Israël » soit maintenue en dépit du dernier massacre de Gaza.(…)

LE TEXTE COMPLET DE LA PÉTITION ET LES PREMIERS SIGNATAIRES:

Une saison « France-Israël »? Bas les masques « culturels » du crime sioniste! (Pétition)

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/05/21/une-saison-france-israel-bas-les-masques-culturels-du-crime-sioniste-petition/

 

 

Participons ce mardi 05 juin 2018

au rassemblement parisien

à partir de 18h30

 

devant le Grand Palais

 

(Métro : Champs Élysées Clemenceau)

 

(Coordination

des Associations

Palestiniennes de France)