Anticolonialisme

Après l’assassinat de Khashoggi, nouvelle offensive impérialiste sur Hodeida

https://i2.wp.com/static.atimes.com/uploads/2018/10/000_Nic6397190-960x576.jpg

Après l’assassinat de Khashoggi

 

Hodeida (Yémen)

 

Offensive impérialiste meurtrière

 

Les rebelles résistent!

 

 

DUBAI (Reuters) – Les forces yéménites soutenues par la coalition conduite par l’Arabie saoudite ont lancé vendredi une « vaste offensive » destinée à reprendre la ville portuaire d’Hodeïda, annonce un communiqué diffusé par le gouvernement reconnu par [« la communauté internationale »]>>> les mipérialistes (NDLR).

« Une opération militaire a commencé et les forces armées nationales ont avancé vers le nord et l’ouest de la ville d’Hodeïda, progressant sur tous les fronts avec le soutien de la coalition arabe », dit le communiqué. « D’intenses combats ont lieu en ce moment. »

L’alliance arabe menée par Ryad a massé ces derniers jours des milliers de soldats autour de la ville défendue par les rebelles houthis appuyés par l’Iran, piégeant des milliers de civils.

Le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR) s’est alarmé vendredi de leur situation, déplorant que les axes de sortie soient désormais bloqués.

« Quelque 445.000 personnes originaires du gouvernorat d’Hodeïda ont été contraints de prendre la fuite depuis le mois de juin, témoignant de la gravité de la situation », a déclaré Shabia Mantoo, porte-parole de l’agence des Nations unies.

« Si le nombre de personnes restées à Hodeïda est difficile à quantifier, le HCR redoute que les habitants qui ont besoin de fuir ne soient pas en mesure de le faire. Ils sont piégés par les opérations militaires qui confinent davantage encore la population et coupent les voies de sortie », a-t-elle ajouté.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont demandé un cessez-le-feu et tentent de faire pression sur l’Arabie saoudite, montrée du doigt par la communauté internationale après le meurtre du journaliste et opposant saoudien Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

 

https://www.lorientlejour.com/article/1142797/nouvelle-offensive-lancee-contre-la-ville-yemenite-de-hodeida.html

(Maher Chmaytelli, Nicolas Delame pour le service français )

 

https://www.afp.com/sites/default/files/nfs/diff-intra/francais/journal/une/9135a3ebb37766306201db37d4f44b3e5c7fe2b9.jpg

 

Les combats dans la ville stratégique de Hodeida, dans l’ouest du Yémen, ont été particulièrement meurtriers vendredi, avec une forte résistance des rebelles Houthis tentant par tous les moyens de ralentir la progression des forces progouvernementales.

 

Point d’entrée de trois quarts des importations et de l’aide internationale dans un pays menacé par la famine, la ville portuaire de Hodeida est sous contrôle des rebelles depuis 2014.

Les forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, appuyées militairement par les alliés saoudiens et émiratis, tentent de la reconquérir depuis juin.

Pour la première fois jeudi, les troupes loyalistes, soutenues par les raids de l’aviation saoudienne, sont entrées dans la cité où elles ont progressé de quelques km à partir du sud et de l’est en direction du port.

En riposte, les rebelles Houthis, dont le chef a promis que ses hommes combattraient jusqu’au bout, ont intensifié leurs contre-attaques pour ralentir leur avancée.

Ils « mènent des attaques intensives » en tirant des obus sur les positions reprises par les troupes loyalistes dans le sud de la ville, selon des responsables militaires progouvernementaux.

Les rebelles ont en outre affirmé avoir réussi à couper les voies d’approvisionnement de leurs adversaires dans quatre secteurs de la province de Hodeida, à l’extérieur de la ville. Mais cela n’a pas été confirmé par les responsables progouvernementaux.

Les Houthis ont creusé des tranchées et posé des mines sur des routes en périphérie de la ville, selon des sources loyalistes. Ils ont aussi positionné des snipers sur les toits et derrière de grands panneaux publicitaires.

– Risque de « sabotage » –

Malgré la résistance des rebelles, les forces loyalistes ont réussi à avancer de nouveau, mais très lentement dans l’est de la ville, ont ajouté les responsables.

Les combats des dernières 24 heures à Hodeida ont fait 110 morts parmi les rebelles, selon des sources médicales. Un responsable militaire des forces loyalistes a de son côté fait état de 22 morts parmi les combattants progouvernementaux.

Ce nouveau bilan porte à 382 le nombre de combattants des deux camps à avoir été tués depuis l’intensification le 1er novembre de la bataille de Hodeida.

Selon un rapport du cabinet de conseil IHS Markit, l’assaut contre le port de Hodeida devrait commencer « dans les prochains jours ».

Le texte pointe le risque de « sabotage » des infrastructures du port par les Houthis, s’ils étaient forcés de se retirer.

« L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis estiment nécessaire de prendre Hodeida (aux rebelles) avant d’entamer des pourparlers de paix avec les Houthis, et cela permettrait au gouvernement yéménite d’avoir beaucoup plus de poids politique à la table des négociations », ajoute IHS Markit.

Depuis 2015, les forces loyalistes, aidées d’une coalition militaire sous commandement saoudien, tentent de chasser les Houthis, soutenus par l’Iran, de vastes régions conquises dans le nord et le centre du pays, y compris la capitale Sanaa.

En près de quatre ans, le conflit au Yémen a fait quelque 10.000 morts et provoqué selon l’ONU la pire crise humanitaire au monde.

L’offensive sur Hodeida a été suspendue en juillet pour donner une chance aux efforts du médiateur de l’ONU. Après l’échec en septembre de la médiation onusienne pour trouver un règlement politique, la coalition a annoncé la reprise de l’assaut sur Hodeida qui s’est intensifié à partir du 1er novembre.

https://www.afp.com/fr/infos/334/yemen-combats-meurtriers-dans-la-bataille-de-hodeida-les-rebelles-resistent-doc-1ap3nw4

 

 

 

 

Publicités

Marche du Retour : Jusqu’à la victoire totale!

 

 

https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/10/d52e8-a2.jpg?w=940

Marche du Retour :

Jusqu’à la victoire totale!

 

 

 

Lancée le 30 mars dernier, à l’occasion de la Journée de la terre, la « grande marche du retour » se poursuit dans la bande de Gaza et semble bien être sur le point de s’étendre vers la Cisjordanie occupée. La 29e marche du vendredi 12/10 s’est achevée par un massacre perpétré par les sionistes, une fois encore, avec l’exécution de 7 manifestants. Près de 300 blessés, dont certains gravement atteints par des balles explosives, ont été transportés par des ambulances, ciblées également par les soldats sionistes.

La « grande marche du retour » a dévoilé toute la brutalité, la cruauté, le racisme et l’arrogance de l’entité d’occupation, mais aussi sa faiblesse, son instabilité politique, sa lâcheté et sa veulerie. Lorsque des dizaines de milliers de Palestiniens de tous âges se retrouvent une fois par semaine, pendant quelques heures, à proximité des barrières installées par les sionistes séparant ce qu’ils ont volé de ce qui ne l’est pas, pour manifester pacifiquement (sans armes à feu) et réclamer leur droit à retourner dans leur pays volé et leur droit à vivre dignement sans blocus, les soldats sionistes tirent, blessent, estropient, tuent et dansent de joie lorsqu’ils visent des enfants âgés de 12 ans ou des secouristes. C’est la scène renouvelée chaque semaine, depuis le 30 mars aux yeux du monde, scène à laquelle se sont ajoutées les scènes hebdomadaires maritimes, qui veulent briser le blocus meurtrier instauré depuis 12 ans sur près de deux millions d’êtres humains, blocus accepté ou encouragé par la communauté internationale.

La « grande marche du retour » dévoile l’implication, la compromission, l’hypocrisie ou l’impuissance de ce qui s’appelle « communauté internationale » lorsqu’il s’agit de l’entité coloniale sioniste. Depuis le 30 mars, les Etats et organismes internationaux qui la composent assistent à des massacres sans oser lever la voix contre le monstre qu’ils ont engendré, aidé ou protégé. Comme elle dévoile la soumission et la bassesse des Etats arabes et musulmans qui s’empressent de normaliser des relations avec cette entité criminelle, croyant que ce faisant, ils verront s’ouvrir à eux les portes de la fortune, alors qu’en réalité, c’est la porte de l’enfer qui s’ouvrira pour les engloutir.

Parce qu’elle se poursuit avec toute la détermination d’un peuple héroïque, la « grande marche du retour » a mis dans l’impasse et réussi à ébranler l’entité coloniale, la communauté internationale et tous ceux qui gravitent autour. Ils se posent les questions : que faire de la bande de Gaza ? Comment arrêter ces marches ? Comment jeter des miettes et faire semblant de résoudre la question du blocus tout en le maintenant ? Comment calmer les Palestiniens sans fâcher l’entité coloniale ? L’armée d’occupation a essayé de faire cesser les marches du retour en tuant, mais le nombre des participants a plus que doublé, à partir du mois de septembre, et les unités de harcèlement nocturne et récemment, l’unité des arcs à flèche, se sont ajoutées aux unités du caoutchouc, de la cisaille (cisailler les barbelés), des ballons incendiaires et des cerfs volants, car le peuple palestinien a trouvé dans ces marches, et notamment à partir de la bande de Gaza, de quoi satisfaire son ingéniosité et son courage.

L’entité coloniale, excédée par les marches du retour, essaie de trouver une solution pour les stopper. Considérant que c’est le mouvement Hamas qui les anime (ce n’est pas spécialement lui, bien qu’il y participe activement), les sionistes proposent d’alléger le blocus, et non de le supprimer, en contrepartie de l’arrêt des marches, ce que refuse complètement le haut conseil national des marches du retour, dont le président Khaled al-Batsh a récemment déclaré : « les solutions partielles des crises vécues par la bande de Gaza ne mettront pas fin aux marches du retour, car il faut que le blocus entier soit levé », ajoutant : « les marches se poursuivront jusqu’à la réalisation de leurs objectifs premiers et les sacrifices des blessés et des martyrs ne feront l’objet d’aucune concession ». Même la fin du blocus criminel contre la bande de Gaza ne fait pas partie de ces objectifs premiers, qui ont été définis dès le départ : le retour des réfugiés à leurs terres spoliées en 48, en 67 et après, et faire échec au plan américain dans ses deux volets les plus importants : al-Quds et la question des réfugiés.

Quelques mois après le début des marches du retour, la « communauté internationale » vole au secours de l’entité coloniale sioniste, en proposant de régler cette insubordination palestinienne à l’ordre impérialiste, par un allègement contrôlé du blocus, sans nécessairement passer par l’Autorité de Mahmoud Abbas. Car les marches du retour n’ont pas seulement mis dans l’impasse l’entité coloniale et ses supports, mais également l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, l’Egypte et le Qatar, principalement, quant à la question soulevée : comment retrouver le calme aux abords de la bande de Gaza, sans irriter l’entité sioniste, d’une part, et sans irriter Mahmoud Abbas, d’autre part, alors que les intérêts des uns et des autres semblent se contredire ? Faut-il réclamer la soumission totale de la bande de Gaza à Mahmoud Abbas, qui serait le détenteur du droit de négocier une accalmie avec l’entité d’occupation, ou bien la négocier malgré Mahmoud Abbas, dont l’éloignement de la scène est perçu par lui et par des secteurs du Fateh, comme une acceptation du « deal du siècle » de Trump ? Mais négocier l’accalmie, selon quels critères ?

La réponse de la résistance à cet imbroglio suscité par les marches du retour est simple : il faut réaliser la réconciliation inter-palestinienne, qui doit être la priorité, mais une réconciliation qui s’appuie sur le droit de résister à l’occupant et non selon les désirs du Quartet moribond, ce qui signifie qu’il n’est pas question de remettre les armes de la résistance à l’Autorité palestinienne, au vu de ce qui se passe en Cisjordanie, où la coordination sécuritaire avec l’ennemi a ouvert la voie à la colonisation et la soumission. Or, depuis quelques mois, Mahmoud Abbas et son gouvernement ne réclament qu’une seule chose : les armes de la résistance (sous l’appellation « renforcement du pouvoir », accusant les résistants de vouloir séparer la bande de Gaza de la Cisjordanie, conformément au « deal du siècle » trumpien.

Les marches du retour ont dévoilé non seulement la cruauté et la veulerie des sionistes, ni seulement la compromission de la « communauté internationale », ni seulement la bassesse des régimes arabes qui accourent vers la normalisation de leurs relations avec l’entité, mais elles ont aussi dévoilé tous ceux qui craignent et s’opposent à la résistance, sous des prétextes divers, et qui craignent et s’opposent à des mouvements populaires, pour ne pas ébranler l’ordre impérialiste.

C’est toute l’importance des marches du retour, c’est aussi toute leur force.

Fadwa Nassar
Samedi, 13 octobre 2018

https://assawra.blogspot.com/2018/10/les-marches-du-retour-le-defi.html

***************************

https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/10/985ca-a27.jpg?w=940

La foule des sept cortèges s’est donné rendez-vous
le vendredi 19 octobre…

(Photo correspondant Assawra)

Ahmad est le plus jeune des sept. Il avait 17 ans.

Des dizaines de milliers de Gazaouis ont porté à leur dernière demeure les dépouilles des 7 martyrs tombés ce vendredi 12 octobre 2018 au champ d’honneur.

Ahmad Al Tawil (27 ans), Ahmad Abou Naïm ( 17 ans), Mhamad Ismaïl ( 29 ans), Afifi Afifi ( 18 ans), Abdallah Al Doghmat (25 ans), Tamer Abou Armanat (22 ans), Mhamad Abbas (21 ans). La foule leur a juré fidélité.

En représailles, le ministre sioniste Avigdor Lieberman a ordonné l’arrêt immédiat des livraisons de fioul à la bande de Gaza.

La foule des sept cortèges s’est donné rendez-vous le vendredi 19 octobre pour la 30e « Marche du retour ».

Al Faraby
Samedi, 13 octobre 2018

https://assawra.blogspot.com/2018/10/jurer-fidelite.html

***************************************

La photo est emblématique. Le photographe Mustafa Hassouna de l’agence turque Anadolu a immortalisé un manifestant palestinien qui protestait contre le blocus maritime de la bande de Gaza, lundi 22 octobre. La photo a été prise à Beit Lahiya, dans le nord de Gaza. Sur cette photo, on y voit le jeune homme torse nu, un drapeau palestinien à la main, lancer une pierre avec une fronde. Sa présence contraste avec l’arrière plan, composé de reporters de presse vêtus de noir et le ciel couvert d’une fumée noire.
« Si je me fais tuer, je veux être enveloppé dans ce drapeau »
Depuis sa publication, plusieurs internautes ont comparé ce cliché avec le tableau d’Eugène Delacroix La Liberté guidant le peuple, d’autres y ont vu une allégorie de David contre Goliath. Le jeune homme en question s’appelle Abu Amro et est âgé de 20 ans. Interrogé par Al Jazeera (en anglais), il affirme être « surpris que cette photo soit devenue virale ». « Je participe toutes les semaines à des manifestations, je ne savais même pas qu’il y avait un photographe près de moi », dit-il.
« Le drapeau que je porte est le même que celui que j’ai toujours dans les manifestations, mes amis se moquent de moi et disent que c’est plus facile de lancer des pierres sans tenir un drapeau, mais je me suis habitué à ça, explique-t-il. Si je me fais tuer, je veux être enveloppé dans ce drapeau. Nous réclamons notre droit de retour et nous protestons pour notre dignité. »

https://assawra.blogspot.com/2018/10/gaza-une-photo-est-devenue-virale.html

Proche-Orient : La violence peut elle cesser ?

 

 

https://img.rt.com/french/images/2018.08/article/5b6c1fc209fac281678b4567.jpg

Enas Khammash, 23 ans, sa fille de 18 mois et son bébé, portées en terre ensemble, le 9 Août, à Jafarawi

Proche-Orient :

La violence peut elle cesser ?

 

 

 

La guerre en Syrie dure depuis sept ans et a succédé à une série de conflits en Irak et en Iran, deux pays encore sous forte pression.

La Palestine, bafouée depuis 70 ans, continue d’être réduite par le colonialisme sioniste.

Dans la nuit du 8 au 9 Août, lors d’un raid aérien israélien qui a touché Jafarawi, dans le centre de la bande de Gaza, Enas Khammash, une Palestinienne de 23 ans, enceinte de 9 mois, et sa fille Bayan de 18 mois ont été tuées alors qu’elles se trouvaient dans leur chambre à coucher. Le mari de cette femme a été blessé.

Le 10 octobre, Aliza Bin-Noun, ambassadrice d’Israël en France a osé demander à France 2 d’annuler la diffusion d’un reportage sur la jeunesse mutilée par les snipers sionistes dans la bande de Gaza. Heureusement, le reportage est passé, montrant l’héroïsme de la Résistance Populaire palestinienne.

Depuis le 30 Mars, 198 morts et des milliers de blessés, dont de nombreux mutilés.

Leur seul tort était de vouloir retrouver la dignité et le droit de vivre, de travailler et de cultiver, sur leurs terres ancestrales, volées par l’occupant sioniste.

La presse française et occidentale, en général, nous parle sans cesse d’une guerre « contre le terrorisme ». Or, au vu de ces derniers mois, il apparaît clairement qu’en Syrie le « terrorisme » est en fait manipulé par les impérialistes US et leurs alliés, y compris dans le monde arabe, pour justifier ces guerres et recoloniser, directement ou non, les peuples et les nations qui leur résistent.

Ce sont essentiellement ces manipulations du terrorisme qui ont engendré la guerre en Syrie et jeté sur les routes des millions de réfugiés. Les accueillir, en France ou ailleurs, cela ne constitue pas une justification pour continuer la guerre. C’est la volonté réelle de mettre fin à l’agression impérialiste, y compris celle de la France, encore présente en Syrie dans la zone d’occupation rebaptisée « Rojava », qui sera le vrai signal de la paix et du début d’une reconstruction durable.

Ce qui maintient encore aujourd’hui l’état de guerre en Syrie, c’est la présence des impérialistes US et de leurs alliés, dont les impérialistes français. Le prétexte en était donc l’invasion terroriste, en réalité provoquée par eux-mêmes, et qu’ils ne combattaient que très mollement, dans l’espoir que cela détruirait la nation syrienne et la mettrait à leur botte, avec un gouvernement directement manipulé par eux.

Mais c’était sans compter sur la solidarité traditionnelle de la Russie avec la nation syrienne, remontant déjà à l’ère soviétique, ainsi que sur celle de l’Iran.

C’est l’appui de la Russie à la nation Syrienne qui a commencé à faire reculer le terrorisme, et même obligé les USA et à la France à éliminer une partie de leurs pions terroristes pour les remplacer par le système d’occupation « Rojava », relativement moins sanguinaire que celui de Daech. Pour autant, ce système d’occupation impérialiste instrumentalise maintenant les justes revendications des minorités kurdes pour maintenir la division de la Syrie à l’Est de l’Euphrate et faire obstacle à l’unité nationale syrienne et à la paix. Il est la preuve que les impérialistes US et français veulent continuer la guerre et se moquent bien du droit des peuples, en réalité.

Alors que tous ont leur place dans un règlement politique global de la situation au Proche-Orient, une fois débarrassé de l’ingérence impérialiste !

L’Iran, pour sa part dans le combat anti-impérialiste, s’était déjà engagé dans un soutien sans faille à la Résistance, au Liban et en Palestine.

La chute de la nation syrienne aurait été non seulement une victoire pour les impérialistes US et leurs alliés, mais aussi pour les sionistes.

Cela aurait été non seulement une défaite mortelle pour la Syrie elle-même, mais aussi une grave défaite pour le Liban et la Palestine, et pour tous les peuples qui luttent pour leur indépendance.

Jusqu’à un passé récent, Israël arrivait encore à entretenir des relations relativement amicales avec la Russie, du fait de l’émigration de nombreux juifs d’origine russe en Israël.

Mais récemment, suite à un piège tendu par l’aviation israélienne, et au mépris de leurs accords passés, un avion russe a été abattu avec 15 soldats russes à bord.

Estimant sa confiance trahie, la Russie a encore renforcé son alliance avec la Syrie, en lui fournissant un armement de défense anti-aérienne (batteries de missiles S-300) susceptible d’empêcher le renouvellement d’une telle tragédie. Du même coup, cela met également un frein sérieux aux interventions israéliennes contre les positions défendues par l’Iran et ses alliés en Syrie.

C’est donc l’ensemble de la Résistance régionale, Syrie, Iran, Liban, Palestine, qui s’en trouve grandement renforcée !

Ce n’est que par la synchronisation et l’unité des forces locales de la Résistance, en Iran, au Liban, en Palestine, en Syrie, en Irak, au Yémen, et avec leur allié traditionnel, la Russie, que l’impérialisme et son allié sioniste pourront être vaincus !

Cette situation de guerre, voulue et encore actuellement maintenue par les impérialistes, à déjà fait des milliers de victimes et déplacé des millions de personnes, et certaines, jusqu’en Occident, y compris en France.

Toutes, indépendamment de leurs origines nationales, ethniques et religieuses, ont le même intérêt à un règlement pacifique global respectant le droit des peuples au Proche-Orient. Toutes ces personnes, déplacées et réfugiées, se trouvent aujourd’hui dans des situations sociales précaires qui en font un réservoir de main d’œuvre à bon marché, y compris pour les capitalistes français, qui sont déjà les complices des impérialistes US et les responsables de la guerre, dans les pays d’origine des réfugiés.

La lutte pour une vie décente, que ce soit en Occident ou pour le droit des peuples au Proche-Orient, c’est toujours une seule et même lutte. C’est une lutte qui doit à la fois être solidaire de la Résistance des peuples, sur place, au Proche-Orient, et solidaire de la lutte des travailleurs, en Occident, contre le capitalisme, qui est la base de l’impérialisme et la cause des guerres.

Luniterre

 

 

 

Syrie : Les parasites impérialistes US et français s’accrochent à l’Est de l’Euphrate

 

Syrie :

 

Les parasites impérialistes

 

US et français s’accrochent

 

à l’Est de l’Euphrate

 

 

Ce qui s’explique à la fois par la défaite, sur le terrain, de leurs proxys terroristes et par le renforcement régional général de la situation de la résistance induit par l’isolement des sionistes, suite à leur trahison envers la Russie, et qui a entrainé la livraison des lance missiles S-300 àla Syrie.

« Lavrov accuse les USA d’essayer de créer un quasi-État en Syrie

https://i0.wp.com/www.institutkurde.org/images/cartes_and_maps/ckur100.gif

© REUTERS / Nour Fourat

International

18:14 12.10.2018(mis à jour 19:38 12.10.2018)

Washington essaie de créer un quasi-Etat à l’est de l’Euphrate avec le concours de ses alliés en Syrie, d’après le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Résultat de recherche d'images pour "rojava"

https://pbs.twimg.com/media/DFGtGqwXsAAwZjK.jpg

Avec le concours de leurs alliés en Syrie, les États-Unis cherchent à créer un État illégitime sur les territoires syriens situés à l’est de l’Euphrate, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview accordée aux médias RT France, Le Figaro et Paris Match dont des extraits ont été publiés par le ministère russe des Affaires étrangères.

«Je ne crois pas qu’Idlib soit la seule région posant des problèmes en Syrie. Il y a de vastes territoires à l’est de l’Euphrate où se produisent des choses absolument inacceptables. Les États-Unis essaient d’utiliser ces territoires avec l’aide de leurs alliés syriens, avant tout les minorités Kurdes, pour y créer une structure quasi-étatique», a indiqué M.Lavrov.

[NDLR : En réalité, comme on l’a déjà vu sur TML, les minorités kurdes ne représentent que trois petites enclaves, au Nord-Ouest (actuellement provisoirement contrôlé par la Turquie), au Nord-Est, et au centre de la frontière Nord, à Kobané. L’extension sur toute la rive Est de l’Euphrate n’a pu se faire qu’en réutilisant des transfuges des groupes terroristes et des combattants étrangers également armés par les USA et la France, certains venant également de France, avec la bénédiction des services secrets de l’impérialisme Français, qui avaient déjà ravagé la Libye, en 2011.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/23/les-lecons-dafrin-pour-en-finir-avec-le-mcdo-marxisme/

Voir également (cartes):  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/08/tout-ca-pour-ca-ou-les-eternels-demons-kollabos-de-la-petite-bourgeoisie-maoiste/   Mais encore: https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/03/29/syrie-liberation-de-la-ghouta-et-pschiiit-du-mythe-rojava/ ]

Selon le ministre russe, Washington cherche à tout faire pour créer à l’Est de l’Euphrate des conditions de vie normales pour les habitants des régions concernées. Il y crée des organes du pouvoir alternatifs aux organes syriens et œuvre activement pour le retour et l’hébergement des réfugiés.

«Or ni les États-Unis ni la France ne veulent créer de conditions pour le retour des réfugiés sur les territoires contrôlés par le gouvernement syrien jusqu’à ce qu’un processus politique digne de confiance n’y commence, comme l’Occident nous l’indique», a poursuivi le ministre. La question se pose de savoir «pourquoi il ne faut pas attendre le début d’un processus digne de confiance sur la rive orientale de l’Euphrate contrôlée par les États-Unis et leurs alliés sur place», a poursuivi le ministre.

Les États-Unis veulent soit jeter les bases d’un nouvel État, soit mener «un jeu dangereux avec le Kurdistan irakien, avec l’idée du grand Kurdistan», estime M.Lavrov.

«Il n’est pas exclu que les États-Unis œuvrent pour que la situation reste tendue sur la rive orientale de l’Euphrate pour que personne ne se calme. Dans cette situation confuse, ils peuvent plus facilement atteindre leurs objectifs. Cela n’a jamais mené à rien de bon», a conclu le ministre.

https://fr.sputniknews.com/international/201810121038482087-russie-lavrov-usa-syrie-accusation-tentative-etat/

Face au tableau noir…

 

 

Nabil Anani  -Palestine

 

 

 

Depuis la nuit où nous nous trouvons, nous apercevons la lumière au loin.
La route pour y aller nous est barrée.
Ceux d’entre nous qui essaient d’avancer sont fusillés.
Ils tombent à nos pieds et ouvrent des chemins.
La terre ensevelit leurs corps et fleurit de mille jasmins.
Au bout d’un chemin pousse un jardin et monte jusqu’au ciel.
Le sol tremble sous nos pas.
La lumière au loin brille comme un feu d’espoir.
Les yeux de nos enfants s’éparpillent comme des gouttes d’eau ou d’émeraudes.
Le sang qui coule dans nos veines nous enivre et fait battre nos cœurs.
Nous prenons nos enfants par les mains et continuons d’avancer.
Certains empruntent d’autres chemins et les regardons s’éloigner puis disparaître.
Il y a des champs, des collines, des forêts, des mers… il y a aussi des déserts.
La marche continue.
La fusillade bat son plein et à chaque fois, un chemin nouveau.
Par ici, par là, par là-bas…
Nous sommes partout.
Tous les chemins se sont rejoints.
Notre ressemblance nous unit.
Nous sommes un.
Notre peuple est un géant qui avance à pas de géant sur une seule route.
Il bouscule toutes les barrières.
Il enjambe les champs, les collines, les forêts, les mers… et même les déserts.
La lumière est toute proche.
Elle rougit couleur de sang.
Elle est aveuglante.
Le géant que nous sommes devenus doit encore faire un dernier pas pour la franchir et voir ce qui se trouve derrière.
Ce pourquoi on nous fusille.
Le géant avance et découvre l’horreur d’un enfer vivant.

Al Faraby _Dimanche, 30 septembre 2018

 

 

 

https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/10/e7fd0-a3.jpg?w=940

Face au tableau noir . . .

 

 

 


Ils ont déposé une gerbe de fleurs à la place de Nacer. C’est là que leur camarade aurait dû être s’il n’avait pas été fusillé pas les soldats de la force d’occupation.
Là, sur ce banc, derrière ce pupitre et face au tableau noir.
Gaza est en deuil mais pas du tout résigné. Qu’apprend-t-on à l’école sinon la résistance?


Nacer Masbah, jeune écolier de Khan Younès, était allé « marcher » ce vendredi-là sur le chemin du retour… Il n’en est pas revenu. Emportant pour l’éternité ses douze années de vie.


Nous en souviendrons.

Al Faraby
Lundi, 1er octobre 2018

https://assawra.blogspot.com/2018/10/face-au-tableau-noir.html

https://assawra.blogspot.com/2018/09/flammes-denfer.html

Palestine, 25 ans après Oslo, une seule solution, Résistance!

 

 

 

 

Palestine

 

25 ans après Oslo

 

 

Résistance!

 

 

25 ans. C’est l’âge anniversaire des « Accords d’Oslo » en ce mois de septembre 2018. L’occasion d’un bilan.
A la question de savoir ce qui a changé depuis la signature de ces accords en septembre1993, la réponse est courte: « Tout s’est aggravé du côté palestinien ».
A la question de savoir pourquoi, la réponse est aussi courte que la première: « Absence d’un partenaire du côté israélien ».
En fait, tout le long de ces 25 années, ce constat a toujours été scrupuleusement inversé par les dirigeants sionistes pour justifier leur politique d’occupation. En effet, ils ont constamment affirmé que les Palestiniens ne sont pas des partenaires pour appliquer ces accords. C’est cette affirmation mensongère qui leur a permis, jusqu’au jour d’aujourd’hui, de justifier et de mener leur guerre permanente contre le peuple Palestinien, dont l’acte le plus récent est la répression sanglante contre les Palestiniens de Gaza qui récidive tous les vendredis, depuis le 30 mars dernier, à l’occasion de la « Marche pour le retour ».
L’autre acte de cette guerre permanente se résume en un chiffre 600.000.
En 25 ans, le nombre de colons en Cisjordanie a bondi de 110.000 à 600.000.
Dans un sondage réalisé en août par Israel Democracy Institute et l’université de Tel-Aviv, 86% des Israéliens interrogés considéraient que la probabilité de trouver une issue au conflit dans les douze prochains mois était « faible » ou « très faible ».
A la question de savoir pourquoi, la réponse est très courte: « Absence d’un partenaire du côté palestinien ».
L’inversion tient toujours… la boucle est bouclée.

*************************


Tous les Palestiniens de moins de 25 ans, à la date d’aujourd’hui, n’ont connu que la phase historique dite des « Accords d’Oslo » de leur mouvement de libération nationale.
Une phase d’abandon, de reniement et de recul… comme si la Palestine était à vendre. Et donc, une phase d’humiliation.
Ce n’est pas un hasard si c’est, à la veille de ce 25ème anniversaire, que l’administration de Donald Trump a décidé de fermer la représentation de l’Organisation de libération de la Palestine à Washington.
Ce n’est pas un hasard si c’est, à l’approche de cet anniversaire, qu’elle décide de transférer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem en reconnaissant cette ville comme étant la capitale de l’État sioniste.
Ce n’est pas un hasard si c’est, à l’approche de cet anniversaire, qu’elle décide de supprimer toutes les subventions à l’UNRWA.
Ce n’est pas un hasard si c’est, à l’approche de cet anniversaire, qu’elle propose la révision du statut des réfugiés Palestiniens.
Ce n’est pas un hasard si c’est, à l’approche de cet anniversaire, qu’elle déclare caduc la reconnaissance du droit de retour.
Ce n’est pas un hasard si c’est, à l’approche de cet anniversaire, qu’elle décide de supprimer toutes les aides aux hôpitaux palestiniens de Jérusalem-est.
Toutes ces mesures ressemblent fort au bouquet final d’un feu d’artifice. avant que la nuit noire ne retombe. Mais comme l’a si superbement écrit le grand Victor Hugo,« la nuit, il y a toujours une étoile ».
En effet, c’est le 30 mars de l’année de ce sinistre 25ème anniversaire, que le « Peuple-debout » a décidé de « Marcher »… comme pour signifier aux peuples du monde entier de ne pas désespérer… Une étoile subsiste et elle brille. Elle s’appelle « Résistance ».
Il suffit de se lever et de se laisser diriger par elle.

*********************************

Le 13 septembre 1993 l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a signé son arrêt de mort.
Il y a 25 ans, jour pour jour, elle avait signé à Washington sous l’égide du président Bill Clinton une « déclaration de principes » sur une autonomie palestinienne transitoire de cinq ans. L’Autorité palestinienne était née.
Par étapes successives, le processus engagé devait aboutir à la résolution du conflit avant la fin du siècle dernier. Oslo a mis en place des mécanismes d’auto-gouvernance, dont l’Autorité palestinienne, considérée comme la préfiguration d’un État qui attend de voir le jour.
Attente meurtrière tant la politique du « fait accompli » suivie par les directions successives de l’État sioniste ont scrupuleusement contribué à vider de leur contenu les fameux accords.
En 25 ans, le nombre de colons en Cisjordanie est passé de 110.000 à 600.000.
Dans le nord de la Cisjordanie, les pelleteuses sont arrivées l’année dernière pour commencer à bâtir la colonie d’Amichaï, première création officiellement approuvée par un gouvernement israélien depuis 1991.
Fin 2017, l’Autorité palestinienne gèle tout contact avec l’administration américaine. Un divorce provoqué par la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État sioniste.
Depuis, l’administration américaine multiplie les mesures spectaculaires dans le double but avoué de punir les dirigeants palestiniens et de leur tordre le bras pour qu’ils acceptent de négocier:
– aide bilatérale quasiment effacée;
– annulation du soutien financier à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens;
– volonté de réviser le statut des réfugiés Palestiniens afin de réduire leur nombre à 40.000;
– suppression des aides aux hôpitaux palestiniens de Jérusalem-Est;
– fermeture de la mission de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington.
C’est donc la « paix par la force », comme le proclame la doctrine Trump.
Pendant ce temps, à Gaza, toutes les fractions de la Résistance palestinienne étaient représentées à une conférence de presse tenue ce mercredi 12 septembre 2018 pour marquer le 13ème anniversaire du retrait en 2005 des forces d’occupation de ce territoire de la Palestine.
« Seule la Résistance est détentrice de la légitimité de décider et d’agir au nom du peuple », ont-ils déclaré à l’unisson. Toutes les illusions tombent. Oslo est mort.
Vive l’Organisation de libération de la Palestine.
Le phénix renaît de ses cendres.

*************************

SOURCES:

https://assawra.blogspot.com/2018/09/25-ans-doslo.html

https://assawra.blogspot.com/2018/09/il-y-toujours-une-etoile.html

https://assawra.blogspot.com/2018/09/tel-le-phenix.html

Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier

 

 

Un appel qui illustre parfaitement la nécessité d’organiser une Résistance Globale synergique et coordonnée à la fois contre le capitalisme et l’impérialisme, qui ne sont bien que les deux faces d’une même pièce, et d’abord et avant tout, du dollar US !

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/03/03/capitalisme-et-imperialisme-sont-les-deux-faces-dune-meme-piece/

En finir avec l’impérialisme est la base de toute alternative.

Donbass, Syrie, Yémen, Palestine, etc…, le vrai sens de la solidarité, c’est une résistance globale où chaque peuple a sa place.

Chacun contre son propre impérialisme ou l’impérialisme qui l’opprime et tous contre l’impérialisme US, et tous solidaires avec les luttes en cours !

 


« Appel des travailleurs iraniens

de la métallurgie

aux syndicalistes

et aux pacifistes du monde entier

Economic Sanctions, a war against the Iranian working class

http://english.sfelezkar.com/2018/08/economic-sanctions-a-war-against-the-iranian-working-class/

What is currently happening in the world with regards to our country Iran, is not intended to improve the working conditions and livelihood of the working people of Iran, but is a full-scale war against the Iranian working people and waged earners. US imperialism is leading policies aimed at changing the political map of the Middle East and Iran.

Fellow brothers and sisters of trade unions across the world!

Be aware that the policy of imposing unilateral economic sanctions on Iran by the great powers, in particular the United States and its allies, is the beginning of an unfair and unequal war against Iran’s working class. These sanctions will lead to the closure of the country’s manufacturing plants, rising unemployment, increasing costs of food, medicine and the essential goods for Iranian people. These sanctions will create a golden opportunity for middle men and profiteers, with no harm done to the warmongers who will use this opportunity to get richer by amassing and hoarding essential goods needed by the working people, welcoming wars and conflicts.

Fellow brothers and sisters in America and Europe!

To prevent this catastrophe, we urge you to put pressure on your governments not to join these terrible sanctions and not to use your taxes for war efforts in the embargo of medicine and food against the Iranian workers and wage earners. Please request that your Members of Parliament to use your taxes for your country’s progress and not for the destruction of the livelihood of Iranian working class families.

In countries where trade unions are influential on policies adopted by parliaments and governments, we urge our brothers and sisters in the metalworkers unions to demand from their respective governments not to join these sanctions and to support the Iranian labour movement and their families against the anti-labour policies, wherever they originate from.

Dear trade union comrades in Europe and America,

Let us unite, hand in hand, to organise an effective movement to fight against the threat of economic sanctions and war and to prevent the repeat of the calamities of Syria, Iraq and Libya to the Iranian People.

Union of Metalworkers and Mechanics of Iran (UMMI)

20 August 2018

***************************

Les sanctions économiques, une guerre contre la classe ouvrière iranienne.

 

Ce qui se passe actuellement dans le monde en ce qui concerne notre pays, l’Iran, n’a pas pour but d’améliorer les conditions de travail et les moyens de subsistance des travailleurs iraniens, mais constitue une guerre totale contre les travailleurs iraniens et les salariés. L’impérialisme américain mène des politiques visant à changer la carte politique du Moyen-Orient et de l’Iran.

.

Amis frères et sœurs des syndicats du monde entier!


Sachez que la politique d’imposition de sanctions économiques unilatérales à l’Iran par les grandes puissances, en particulier les États-Unis et leurs alliés, marque le début d’une guerre injuste et inégale contre la classe ouvrière iranienne. Ces sanctions conduiront à la fermeture des usines de fabrication du pays, à la montée du chômage, à l’augmentation des coûts de la nourriture, des médicaments et des biens essentiels pour les Iraniens. Ces sanctions créeront une opportunité en or pour les intermédiaires et les profiteurs, sans faire de mal aux bellicistes qui saisiront cette occasion pour s’enrichir en amassant et en accumulant les biens essentiels nécessaires aux travailleurs, en encourageant les guerres et les conflits.

 

 

Amis frères et sœurs en Amérique et en Europe!


Pour éviter cette catastrophe, nous vous exhortons à faire pression sur vos gouvernements pour qu’ils ne se joignent pas à ces terribles sanctions et n’utilisent pas vos impôts pour des efforts de guerre dans l’embargo sur les médicaments et la nourriture contre les travailleurs et les salariés iraniens. Veuillez demander à vos parlementaires d’utiliser vos impôts pour les progrès de votre pays et non pour la destruction des moyens de subsistance des familles iraniennes de travailleurs.

Dans les pays où les syndicats exercent une influence sur les politiques adoptées par les parlements et les gouvernements, nous exhortons nos frères et sœurs des syndicats des métallurgistes à demander à leurs gouvernements respectifs de ne pas adhérer à ces sanctions et de soutenir le mouvement des travailleurs iraniens et de leurs familles contre les politiques anti-sociales, d’où qu’elles proviennent.

.

Chers camarades syndicalistes en Europe et en Amérique,


Unissons-nous, main dans la main, pour organiser un mouvement efficace de lutte contre la menace des sanctions économiques et de la guerre et pour empêcher la répétition des calamités de la Syrie, de l’Iraq et de la Libye pour le peuple iranien.

Union des métallurgistes et mécaniciens d’Iran (UMMI)

20 août 2018

https://i0.wp.com/english.sfelezkar.com/wp-content/uploads/2017/11/new1-300x300.jpg

ALGERIE : Un siècle de résistance !

 

 

https://d2homsd77vx6d2.cloudfront.net/cache/a/9/a9128a7b090bb4b6757960195c645203.jpg

 

 

ALGÉRIE :

 

Un siècle de résistance !

 

Reçu par e-mail, cet appel à financement d’un film militant rappelant les luttes anti-impérialistes en Algérie.

Une occasion de rappeler également la faillite du PCF en la matière, et même le rôle kollaborationniste de sa direction, dès la négociation du programme du CNR et de sa mise en œuvre à la « libération » en 1945 :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/05/12/sous-legide-du-cnr-massacre-en-algerie-des-le-8-mai-1945/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/04/03/le-mythe-du-nouveau-cnr-vieux-serpent-de-mer-du-social-chauvinisme/

Quelques exceptions, comme ce couple de militants, même si trop minoritaires pour enrayer la dérive révisionniste, toujours actuelle, du PCF, valent d’autant plus d’être soulignées…

En espérant que l’exemplarité puisse susciter des volontés, actuellement nécessaires, de reconstruire en partant à nouveau quasiment de presque rien, sauf, précisément, les leçons de l’histoire… !

Luniterre

 

 

 

****************************

« Je vous transmets ce projet de documentaires sur 2 militants communistes (aujourd’hui centenaires) pour l’indépendance de l’Algérie… qui en subi les redoutables conséquences, avant, et après cette indépendance.

A tout le moins, lisez le texte ci-dessous.

La France était une puissance coloniale avec tout ce que cela impliquait de crimes iniques … et pas que contre des combattants. Une sale guerre, menée après la 2de … et avec des méthodes dignes de la 2de … la torture. 

JP


Objet : « William et Gilberte Sportisse,un couple des combats » Appel à la solidarité Film

 Cher(e)s camarades

Notre camarade-réalisateur Jean Asselmeyer lance un appel à souscription pour finaliser son projet de documentaire autour de Gilberte et William Sportisse, communistes et partisans de l’indépendance de l’Algérie.

N’hésitez pas à populariser cette initiative.
Vous trouverez ci-dessous son courriel et les conditions de souscription.

Bien fraternellement
Jacques

—–Original Message—–

Subject: « William et Gilberte Sportisse,un couple des combats » appel à la solidarité film

Bonjour,

je sais votre intérêt pour ce qui touche à la mémoire des luttes, particulièrement des luttes anticoloniales .

Avec une amie, Sandrine-Malika Charlemagne, nous essayons de réaliser ensemble un film documentaire autour de la vie de deux militants du Parti Communiste Algérien, « Gilberte et William Sportisse, un couple des combats ». âgés de 100 ans et de 97 ans où ils  témoignent sur plus de 70 années de luttes pour l’Algérie indépendante,  en toile de fond la ville de Constantine, ainsi que des éclairages inédits sur le PCA et la situation des Juifs Algériens.

De culture juive et de langue maternelle  arabe, pour William, l’Algérie est leur pays, bien qu’ils aient connu , la prison, et la torture parce que militants pour l’indépendance sous le joug colonial et parce que communistes pendant l’ère Boumédienne.

Malgré ces souffrances ils sont restés fidèles à l’Algérie.

Pendant sa détention après le coup d’État du président Boumédienne, au moment de la guerre des 6 jours, William lui a envoyé une lettre pour le féliciter de sa solidarité avec le peuple Palestinien.

A sa sortie de prison et à la fin de sa période d’assignation à résidence, William Sportisse a pu exercer les fonctions de directeur d’une société nationale de l’Algérie indépendante.

Le film évoquera également  la belle figure de Lucien Sportisse, son frère, dirigeant du PCA, puis secrétaire de la section PCF de Sevran qui après avoir rejoint la Résistance a été abattu, par la milice en mars 1944, à Lyon .

Menacé par le FIS et le GIA, ils ont du quitter leur pays l’Algérie, en 1994, pour le Val de Marne.Ils ont continué à militer en tant qu’internationalistes et Algériens au sein du PAGS et du PADS ,dans la continuité du PCA. Nous avons pu filmer William encore très actif à la fête de l’Humanité en 2016 ( voir extraits ci joints.)

C’est ces vies de luttes, denses et riches que nous voulons documenter dans le film que nous avons commencé par nos propres moyens en tournant plus de 50 heures d’entretiens.

Ce film, apport inédit à la mémoire des luttes communistes, sera une véritable bouffée d’espoir, un partage de ce rayonnement généreux qui  se dégage des personnes de Gilberte et William Sportisse.

Nous faisons appel à la solidarité financière pour finir le film au travers d’une plateforme sécurisée dite de crowdfunding ou financement participatif.

Tout est expliqué dans le lien suivant, le résumé du projet, nos filmographies, et dix minutes d’images de Gilberte et William Sportisse:

https://fr.ulule.com/gilberte-william-sportiss/

Il n’y a pas de petite solidarité, même 10, 20 euros nous permettrons de réunir, d’ici fin septembre, les 3500 Euros qui nous manquent encore sur les 5000 nécessaires.

Et pour tous, y compris ceux qui ne peuvent pas  aider au financement, en parler à ses proches, ses réseaux c’est déjà permettre que ce projet vive.

Merci.

Bien cordialement

Jean Asselmeyer, Réalisateur

https://d2homsd77vx6d2.cloudfront.net/cache/0/d/0d4e4ee99ce5f86ff8650b763e6c9d8a.jpg

Au Yémen, « on vient juste de bombarder un bus scolaire » : nouveau crime US reconnu !

Sénateur Chris Murphy:

 

« On vient juste de bombarder un bus scolaire » 

 

Nouveau crime US reconnu !

 

https://www.msnbc.com/all-in/watch/-we-just-bombed-a-school-bus-1296020547855

.

« U.S. bombs. U.S. targeting. U.S. midair support.

« And we just bombed a SCHOOL BUS.

« The Saudi/UAE/U.S. bombing campaign is getting more reckless, killing more civilians and strengthening terrorists inside Yemen. We need to end this NOW. »

 

https://www.afp.com/sites/default/files/nfs/diff-intra/francais/journal/une/4e656425f06077b62bd363ca1c6a0adb240599c3.jpg

Des enfants yéménites assistent dans la ville septentrionale de Saada, fief des rebelles Houthis, aux funérailles le 13 août 2018 des jeunes victimes d’un raid aérien, attribué à la coalition menée par l’Arabie saoudite et qui a fait le 9 août 51 morts dont 40 enfants selon le CICR

Plus de 50 personnes dont quarante enfants ont péri la semaine dernière au Yémen dans une frappe attribuée à une coalition sous commandement saoudien, a indiqué mardi la Croix-Rouge, un bilan qui rappelle le lourd tribut payé par les civils dans le conflit.

Cette coalition militaire est intervenue en mars 2015 au Yémen pour aider le pouvoir face aux rebelles Houthis qui s’étaient emparés de vastes pans du territoire dont la capitale Sanaa.

La guerre qui dure depuis, sans perspective de solution en vue, a fait quelque 10.000 morts et provoqué « la pire crise humanitaire » au monde selon l’ONU.

Le 9 août, un raid aérien a frappé un bus qui transportait des enfants sur un marché très fréquenté de Dahyan, dans la province septentrionale de Saada, fief des rebelles. Ce carnage a suscité une vague de réprobation internationale et des appels à l’ouverture d’une enquête.

Mardi, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a donné un nouveau bilan de la tragédie, dans un communiqué publié à Sanaa: 51 morts, dont 40 enfants, et 79 blessés, dont 56 enfants.

La plupart des morts ont été enterrés lundi après des funérailles organisées et encadrées par les rebelles à Saada. A cette occasion, des milliers de partisans des insurgés ont manifesté pour dénoncer tour à tour l’Arabie saoudite, les autres membres de la coalition et les Etats-Unis accusés de fournir une aide logistique et des informations aux Saoudiens.

– « Le massacre des écoliers » –

Au début de la cérémonie, les cercueils, recouverts d’un tissu vert, couleur symbole du martyre, et des portraits des jeunes victimes, ont été alignés au sol pour la prière des morts. Ils sont arrivés sur une grande place à bord d’une cinquantaine de véhicules.

 

La foule a brandi les portraits des jeunes enfants sur des pancartes accompagnées de leur nom et de la mention « martyr ». « Le massacre des écoliers de Dahyan », pouvait-on lire également.

Elle a aussi crié des slogans anti-américains et anti-israéliens et dénoncé un « crime des Saoudiens contre l’enfance yéménite ».

Un haut responsable rebelle, Mohammed Ali al-Houthi, présent aux funérailles, a dénoncé un « crime de l’Amérique et de ses alliés contre les enfants du Yémen ».

Selon les médias des rebelles, la coalition a poursuivi ses raids lundi sur différentes cibles de la province de Saada, d’où sont tirés habituellement des missiles balistiques contre l’Arabie saoudite voisine.

Le nouveau bilan du CICR recoupe celui donné par les rebelles qui ont accusé l’aviation saoudienne d’avoir commis ce « massacre ». Le précédent bilan du CICR faisait état d’au moins 29 enfants âgés de moins de 15 ans tués.

Au lendemain de l’attaque, la coalition a annoncé l’ouverture d’une enquête, en évoquant des « dommages collatéraux subis par un bus de passagers » à l’occasion d’une opération menée par ses forces contre les rebelles.

– « Sale guerre » –

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé à une enquête « crédible », sans toutefois exiger une enquête indépendante comme l’avaient demandé le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et les Pays-Bas.

La coordinatrice humanitaire de l’ONU pour le Yémen, Lise Grande, avait dénoncé un acte « horrible et totalement inacceptable », appelant à ouvrir les yeux sur ce qui se passe au Yémen ».

La coalition a été accusée d’avoir commis de nombreuses bavures contre des civils dans le conflit au Yémen, où les Houthis sont soutenus par l’Iran, principal rival régional de l’Arabie saoudite.

AFP / STRINGER Un bus détruit à Dahyan, dans le nord du Yémen, par une frappe attribuée à la coalition militaire dirigée par les Saoudiens. Photo prise le 10 août 2018 au lendemain du raid qui a fait 51 morts dont 40 enfants selon le CICR

Elle en a reconnu certaines, mais accuse régulièrement les Houthis de se mêler aux civils ou de les utiliser comme boucliers humains.

En septembre 2015, une salle de mariage a été touchée. Il y a eu 131 morts et la coalition a démenti toute implication.

En octobre 2016, le bombardement d’une cérémonie funéraire à Sanaa a causé la mort de 140 personnes.

Lundi, le ministre d’Etat émirati aux Affaires étrangères, dont le pays est un pilier de la coalition, a admis que des bavures pouvaient se produire. « Cette guerre a été et reste une sale guerre », a déclaré Anwar Gargash.

https://www.afp.com/fr/infos/334/yemen-le-bilan-dun-raid-contre-un-bus-denfants-salourdit-51-morts-doc-18c93y2

https://www.tdg.ch/monde/Bombardements-meurtriers-sur-un-hopital/story/12316239

Civilians say ‘time to say no for war’ after dozens of Yemeni children die in school bus attack

By Stephen Snyder • Aug 11, 2018

At least 30 children were among the people killed Thursday when their bus was struck by a missile fired from a warplane in northern Yemen. While authorities vow to investigate, Yemenis are drawing their own conclusions.

The bus, parked at a busy market in Saada in northern Yemen, was filled with boys returning to school following a picnic outing. Yemeni social media lit up with reports of civilian deaths.

On Thursday, Saudi state media was announcing a successful strike in Saada on the Yemeni rebels known as the Houthis. Col. Turki al-Maliki, a spokesperson for the coalition of neighboring Arab countries trying to defeat the Houthis, said that the day’s attacks were retaliation for a Houthi missile fired Wednesday into Saudi Arabia.

Today’s attack in Saada was a legitimate military operation, » Maliki said Thursday, « and was carried out in accordance with international humanitarian law.”

An Emirati site quoted Maliki also saying that the coalition « targeted the Houthi militia members who were inside the bus and said that they were the planners and operators of the missiles launch pads. »

« [A spokesman for the armed forces] in Saudi Arabia and the coalition said that that bus used to hold lots of terrorists, » says Sanaa resident Ismael Mohammed. « And it was a target [for] missiles of the coalition. But sadly, » he says, « all the terrorists were just kids. »

This video, said to be taken just after the airstrike, was shared by Yemenis via WhatsApp on Thursday afternoon. In it, a Yemeni man is wailing and screaming as he looks into the back of a pickup truck. He reaches under a blue tarp, and from a tangle of human bodies he pulls up the limp arm of a child.

PRI could not authenticate the video, but footage showing the wreckage of the bus and the same people, wearing the same clothes, indicate that it was photographed on Thursday.

« I’m really still in shock, » said Faizah Al-Sulimani, a Yemeni activist who saw the video told us via WhatsApp. « I couldn’t sleep the whole night. »

She says watching the video shook her up badly.

« I cannot explain my feeling when I saw all these dead bodies of children on the truck, » Al-Sulimani says, « and some parents just saw their children, dead. »

Connecticut Sen. Chris Murphy, a member of the Senate Foreign Relations Committee and a harsh critic of Saudi conduct in Yemen, saw the attack as an opportunity to highlight the American role in the Yemen war.

Murphy is one of a growing number of US legislators concerned that the United States may be culpable for war crimes committed by its customers and allies in the coalition.

The Saudi Embassy in Washington said Friday that the coalition is launching its own investigation. A Saudi official wrote, « the coalition has referred this immediately to the Joint Incident Assessment Team (JIAT) for investigation, and to conduct their assessment of the procedures and conditions of said operation, announce the results expeditiously. »

This will not be the first such internal investigation by the coalition. Last year it examined 15 separate reports of civilian casualties, clearing itself of wrongdoing in all but three. In July, Saudi King Salman indemnified Saudi pilots from punishment for possible war crimes in the Yemen war.

The UN Security Council, also on Friday, called for a « credible and transparent » investigation after receiving a closed-door briefing on the strike by a senior UN official. It did not, however, authorize its own independent investigation. The UK, the US and France — all UNSC members — are among the weapons makers who supply the Saudi-led coalition with the bombs that have been used in the Yemen operation since its beginning in 2015.

Even before the Saudi investigation begins, Yemenis have begun to post pictures of evidence they say comes from the scene of the attack.

This tweet, from respected Yemeni journalist Nasser Arrabyee, shows part of a 500-pound MK-82 bomb. It is manufactured in the United States and sold in large numbers to both Saudi Arabia and the United Arab Emirates.

https://pbs.twimg.com/media/DkThcgnXcAE5wXI.jpg

https://pbs.twimg.com/media/DkThcgUW0AAbwG1.jpg

For nearly four years, Yemenis have been subject to harsh rule by the Houthi rebels and to unrelenting air strikes by the Saudi-led coalition.

A new effort by the United Nations aims to bring all parties in the Yemen war into dialogue.

That cannot come soon enough for Mohammed.

« It is really a stream of blood happening every day, » he says. « Time to say no for war. »

http://www.keranews.org/post/civilians-say-time-say-no-war-after-dozens-yemeni-children-die-school-bus-attack

A Hodeida, d’autres frappes criminelles,

mais la Résistance tient bon,

deux mois après l’assaut !

Le Comité international de la Croix-Rouge a indiqué vendredi 3 Août qu’une série d’attaques perpétrées à Hodeida, ville yéménite située sur la mer Rouge, ont tué 55 civils et fait 170 blessés.

Des attaques survenues jeudi 2 août sur la ville yéménite de Hodeida, sur la mer Rouge, ont tué au moins 55 civils et fait 170 blessés, a indiqué vendredi 3 août le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Dans un communiqué du chef de sa délégation au Yémen, Johannes Bruwer, l’organisation a condamné cette attaque, évoquant « des explosions au sol dont les circonstances demeurent inconnues », et déplorant « le manque de respect pour la vie des civils ».

Selon ce communiqué, « 55 civils ont été tués et 170 autres blessés lorsqu’une série d’explosions ont frappé des secteurs densément peuplés de la ville côtière, dont un marché aux poissons et des zones entourant l’hôpital Al-Thawra », un établissement soutenu par le CICR. La ville stratégique de Hodeida est contrôlée par les rebelles Houthis.

« Choquée »

Des médecins et des témoins avaient affirmé qu’au moins 20 personnes avaient été tuées et des dizaines blessées jeudi par un raid aérien sur l’entrée de l’hôpital al-Thawra et un bombardement du marché aux poissons à Hodeida.

La télévision des rebelles Houthis, Al-Massirah, avait donné auparavant un bilan de 55 morts et 124 blessés, faisant état de « deux raids aériens » contre l’hôpital Al-Thawra et le marché aux poissons.

Les médias des Houthis ont accusé la coalition dirigée par Riyad, qui intervient au Yémen depuis 2015 en soutien aux forces gouvernementales, d’être derrière ces attaques. Mais cette dernière a nié catégoriquement.

La coordinatrice humanitaire de l’ONU pour le Yémen, Lise Grande, s’est dit vendredi « choquée » par ces attaques ayant visé « le plus grand hôpital du Yémen ».

Avec AFP

Première publication : 04/08/2018

http://www.france24.com/fr/20180804-yemen-bombardements-meurtriers-port-hodeida-morts-attaque-cicr-houthis

Yémen, crime US reconnu…

Yémen, crime français « caché »… !

https://img.lemde.fr/2018/04/11/0/0/3500/2334/534/0/60/0/8ce4538_9097-b6zmi3.1xik.jpg

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/25/yemen-resistance-a-hodeida-le-crime-francais-ne-paiera-pas/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/resistance-populaire-au-yemen-hodeida-tient-bon/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/15/yemen-guerre-a-hodeida-nouvelle-crise-humanitaire-la-france-a-nouveau-complice/

https://solydairinfo.wordpress.com/2018/05/22/yemen-la-resistance-anti-imperialiste-continue/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/23/guerre-du-yemen-chut-on-dont-la-france-tue/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/26/limperialisme-francais-assassine-des-enfants-au-yemen/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/17/la-france-fournisseuse-officielle-du-carnage-yemenite/

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/11/01/solidarite-avec-le-yemen-aussi/

Guerre au Yémen = Crime impérialiste !

Solidarité avec la Résistance Yéménite !

Hodeida tiens bon !